Coronavirus en Italie: En sous-estimant le virus, il a condamné son père
Actualisé

Coronavirus en ItalieEn sous-estimant le virus, il a condamné son père

Atteint du coronavirus, un Turinois livre un témoignage poignant depuis son lit d'hôpital. En négligeant les consignes, il pense avoir infecté son papa, qui en est mort.

par
joc

Très durement touché par la crise du coronavirus, les Italiens sont de plus en plus nombreux à exhorter les pays voisins à ne pas sous-estimer la dangerosité du virus. Gianni Zampino est l'un d'entre eux, et son témoignage poignant devrait agir comme un signal d'alarme pour ceux qui considèrent encore le Covid-19 comme une petite grippe. Masque sur le visage, le Turinois s'exprime depuis sa chambre d'hôpital. «J'ai sous-estimé ce virus, je croyais que c'était une manoeuvre politique, militaire, une blague», admet-il sans détour.

Gianni l'avoue: lorsque les premiers symptômes du coronavirus – fièvre et toux sèche – sont apparus, il a préféré les ignorer. Responsable d'une entreprise de trottinettes électriques, l'Italien «ne voulait pas laisser ses équipes». Il a multiplié les trajets entre Turin et Milan. Jusqu'au jour où, au lendemain d'une journée passée dans la capitale lombarde, il s'est évanoui en se levant. «Et puis, le mardi, j'ai commencé à avoir des difficultés respiratoires», raconte-t-il à Brut.

«Un message de condoléances m'est arrivé et là j'ai tout de suite compris»

Hospitalisé depuis une dizaine de jours, Gianni vit un enfer: «Ce n'est pas une grippe normale. La maladie entre en toi, elle prend possession de toi et elle prend tes poumons», témoigne-t-il. En plus de son combat contre la maladie, le Turinois doit gérer un lourd sentiment de culpabilité. Car sans le savoir, le jeune homme a certainement infecté son papa âgé de 76 ans. «Au fond de moi, je savais que s'il était contrôlé positif au Covid-19, avec sa dialyse, il ne survivrait pas. Alors j'ai fait en sorte de ne rien savoir et un jour, un message de condoléances m'est arrivé et là j'ai tout de suite compris. Ce virus a tué la personne qui m'est la plus chère dans ma vie, mon père.»

Malade, en deuil, Gianni exhorte ses compatriotes et les habitants des pays voisins à respecter les consignes de sécurité: «Restez à la maison, avec votre famille, sortez des jeux de société, regardez des films, lisez un livre», implore-t-il. Le Turinois ajoute: «Ce n'est pas un jeu, je passe mes nuits avec un respirateur. Ma vie s'est effondrée, et je ne souhaite à personne d'endurer la souffrance que j'ai endurée. On dirait un film d'horreur, mais malheureusement ce n'en est pas un.» Vendredi, le bilan du coronavirus en Italie s'élevait à plus de 3400 morts.

Ton opinion