Marché du travail en Suisse: 300’000 personnes souffrent des séquelles du Covid à long terme
Publié

Marché du travail en Suisse300’000 personnes souffrent des séquelles du Covid à long terme

Épuisement voire dépression: les symptômes du coronavirus peuvent persister sur de longues périodes, mais sont difficiles à prouver auprès des employeurs.

Les conséquences du Covid long peuvent être très pénibles pour les salariés. 

Les conséquences du Covid long peuvent être très pénibles pour les salariés.

Istock 

Le Covid-19 peut avoir des séquelles sur le long terme chez certaines personnes, que l’on appelle le «Covid long». Épuisement, faiblesses musculaires ou dépressions peuvent être observés, mais aussi des lésions pulmonaires ou des problèmes respiratoires dans les cas les plus graves. Les États-Unis veulent investir plus de 1 milliard de dollars pour mieux comprendre cette maladie et la traiter.

En Suisse, jusqu’à 300’000 personnes pourraient en être atteintes en incluant les cas non signalés, selon l’Alliance Covid Long. Lundi, le Conseil des États a adopté un postulat demandant au Conseil fédéral une stratégie sur la manière de gérer les séquelles sur le long terme.

Conflits à venir dans les entreprises?

«C’est une victoire d’étape importante», a réagi l’association. Mais elle craint en particulier l’apparition de conflits sur le lieu de travail si les patrons venaient à douter de la maladie ou de sa gravité, et donc de l’incapacité de travailler qui en découle. Car certains symptômes du Covid long peuvent être délicats à prouver.

Dans les entreprises, le Covid long n’est aujourd’hui que rarement un problème, estime Denis Humbert, avocat spécialisé en droit du travail. «Mais si davantage de personnes devaient en souffrir, les employeurs enverront probablement de plus en plus leurs salariés consulter un médecin», aux frais de l’entreprise.

Toutefois, vu que le Covid long est une nouvelle maladie encore peu documentée, il est logique d’orienter les patients vers des consultations spécialisées, conseille la professeure et pneumologue Manuela Funke-Chambour. Les HUG, le CHUV ou l’Hôpital de l’Île, à Berne, en sont dotés.

(fpo/reg)

Ton opinion

318 commentaires