Berne: En Suisse, 8000 personnes roulent sans permis
Actualisé

BerneEn Suisse, 8000 personnes roulent sans permis

Des milliers de nouveaux conducteurs roulent sans avoir suivi les deux cours obligatoires de formation continue pour obtenir leur permis définitif. En cas de contrôle, ils risquent gros.

par
ofu
Au cours de la formation continue, les élèves conducteurs apprennent à rouler sur des chaussées mouillées.

Au cours de la formation continue, les élèves conducteurs apprennent à rouler sur des chaussées mouillées.

Les récents chiffres rendus publics par l'Office fédéral des routes (OFROU) sont inquiétants. Actuellement, près de 8000 nouveaux conducteurs roulent en Suisse sans permis de conduire valable. Ils étaient plus exactement 7991 au 17 juin 2013 à ne pas avoir passé les deux cours obligatoires de formation continue, écrit le «SonntagsZeitung».

Depuis l'introduction de la formation dite «2-phases» en Suisse en 2005, les conducteurs – ayant réussi leur examen pratique – ont trois ans pour valider définitivement leur permis. Les deux journées de formation coûtent environ 600 francs. Ceux qui ne s'y présentent pas doivent recommencer leur formation depuis le début. Les personnes concernées doivent attendre au minimum 6 mois avant de pouvoir se représenter. En cas de contrôle, ils risquent par ailleurs une prune allant jusqu'à 180 jours-amende. Et en cas d'accident, le fautif n'est pas assuré.

«Dans la grande majorité des cas, c'est la faute des conducteurs s'ils ne sont pas à jour», explique l'OFROU. Mais selon la «Tribune de Genève», un grand nombre de conducteurs oublieraient simplement de renouveler leur permis à l'essai. Interrogé en juillet dernier, un moniteur estimait à une centaine de personnes le nombre de conducteurs dont le permis est arrivé à échéance.

Depuis son introduction, la formation «2-phases» est critiquée par le camp bourgeois. L'année passée, le Conseil national a accepté une motion du PLR visant à rendre facultatif les cours de formation continue. Christian Wasserfallen (PLR/BE), l'initiateur de ce texte, est tout de même surpris par le nombre élevé de personnes sans permis valable: «Les nouveaux conducteurs doivent s'assurer de mener à terme leur formation. Ils sont tenus de respecter les règles, mais si je trouve que la règlementation devrait être changée.» La balle se trouve désormais dans le camp des commissions des transports et du Conseil des Etats. D'ici là, le nombre de conducteurs sans permis en ordre risque encore d'augmenter, écrit le dominical.

Ton opinion