Actualisé 03.03.2008 à 23:14

En Suisse aussi, les prix flambent

Certains produits de consommation courante ont connu des hausses de prix de près de 20%.

En France, certains produits alimentaires ont vu leur prix exploser de 50% en raison de spéculations sur les produits de base (blé, soja), de mauvaises récoltes, de la demande de la Chine et de l'Inde et de la hausse du prix du pétrole qui a renchéri le coût des emballages et des transports. Des grands distributeurs se sont aussi sucrés au passage. En Suisse, l'alimentation, qui compte pour 11,1% dans l'indice des prix, n'a connu qu'un bond de 2,1%. Comment expliquer une telle différence?

«Nous négocions de plus en plus durement avec nos fournisseurs et nous ne répercutons pas intégralement les hausses en rayon», confie Martina Bosshard, porte-parole de Migros. «La concurrence fait pression sur les prix: l'an dernier, Coop a baissé le prix de 800 produits de la gamme Prix Garantie», confie Karl Weisskopf, chez Coop. Pour preuve: Migros a vu son indice des prix interne croître de 1 à 2% et Coop de 1%. Ces chiffres ne reflètent pourtant pas l'expérience du consommateur. Chez Migros, le prix du pain a bondi de 3,5%. Chez Coop, le paquet de pâtes et le sirop de fruits rouges ont augmenté de près de 20%. Partout, le litre de jus d'orange a augmenté de 10%, celui de la poudre de lait de 40% et le lait de 8 ct. Beurre, fromage, yaourts ont flambé. En 2008, Coop a vu ses revenus bondir de 4,5%.

Giuseppe Melillo

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!