Ski alpin – «En Suisse, ils essaient d'infecter tout le monde en un week-end»
Publié

Ski alpin«En Suisse, ils essaient d'infecter tout le monde en un week-end»

Manuel Feller, 2e du géant d'Adelboden, a adoré le public bernois. Dans son pays, les compétitions sont toutes annulées ou courues à huis clos.

par
Sport-Center
L’incroyable public d’Adelboden.

L’incroyable public d’Adelboden.

AFP

Ah les différences de politiques sanitaires entre différents pays, dans la lutte contre le Covid-19... Alors que des pays comme l'Autriche et les Pays-Bas ont confiné leur population, que les matches de football en Italie et en France ne peuvent pas se jouer devant plus de 5000 personnes, la Suisse, elle, peut remplir ses stades et ses patinoires d'autant de fans que les clubs le peuvent.

Mais l'Helvétie peut aussi organiser des méga-événements comme le mythique géant d'Adelboden. L'une des, si ce n'est la plus belle piste de la saison pour ce qui est de la discipline du virage moyennement court a enfin retrouvé son public, après une année tristounette de tribunes vides. Et c'est peu dire que les Bernois se sont vengés: ils étaient des dizaines de milliers à garnir les bords de la Chuenisbärgli.

Les images, incroyables, le bruit à chaque fois qu'un Suisse «allumait du vert»... On n'a pas été déçu. Et comme, en plus, le Nidwaldien Marco Odermatt a écrasé la concurrence, tout en n'oubliant pas de laisser une pointe de suspense en y allant de quelques fautes dans le mur final, l'ambiance était à son top. Et que dire, pour finir, du Cantique suisse chanté à tue-tête!

Le skieur/épidémiologiste autrichien.

Le skieur/épidémiologiste autrichien.

AFP

Forcément, pour des skieurs comme Manuel Feller, deuxième de l'épreuve et originaire d'un pays confiné, qui ne pourra pas accueillir comme prévu les épreuves féminines à Flachau en raison d'un taux de contamination jugé trop élevé par les autorités locales, ça peut faire bizarre. D'où la sortie exceptionnelle du skieur de St. Johann in Tirol, situé à une centaine de kilomètres de la station concernée.

«Les Suisses ont choisi un chemin différent. Ils essaient d'infecter tout le monde en l'espace d'un week-end!», s'est gondolé l'homme aux deux victoires en Coupe du monde (slaloms de Flachau et Lenzerheide en 2021). Il est vrai que les images d'un public bernois en fusion ont dû donner quelques sueurs froides à Alain Berset et à la task-force de la Confédération.

Ton opinion

241 commentaires