«En Suisse, le public est vraiment barge!»
Actualisé

«En Suisse, le public est vraiment barge!»

GENEVE – Pink Martini vient de sortir une vraie bouffée d'oxygène intitulée «Hey Eugene».

Rencontre avec Thomas Lauderdale,le fondateur.

– Qui est «Eugene»?

– C'est un gars que China (n.d.l.r.: la chanteuse) a rencontré lors d'une soirée à New York en 1995. Elle a eu un coup de cœur pour lui et lui a donné son numéro de téléphone. Le type n'a jamais rappelé...

– Vos inspirations semblent très diverses.

– Oui. Chaque membre du groupe écrit des chansons, donc on retrouve de la musique latine, hollywoodienne, péruvienne, du hip-hop. Je pense qu'il est plus excitant de jouer de la musique différente: le public s'ennuie moins.

– Dans quel bac pourrait-on alors placer cet album?

– Entre celui de la musique de Hollywood de 1940 et celui de United Nations. On a un répertoire multilingue et multiculturel. On prend un peu de tout ici et là, tant que la mélodie et les paroles sont bonnes.

– Vous êtes partis de rien. Comment ressentez-vous votre succès aujourd'hui?

– On sait que c'est un privilège d'être là où on en est. De voyager, de jouer partout. On est vraiment très chanceux.

– Vous connaissez la Suisse?

– Oh oui, et le public est nuts (n.d.r.l.: barge). C'est dingue. Les gens dansent et bougent dans tous les sens.

Elsa Duperray

Ton opinion