Trafic d’enfants - En trois mois, 374 petits Burkinabés ont échappé à une forme d’esclavage à l’étranger
Publié

Trafic d’enfantsEn trois mois, 374 petits Burkinabés ont échappé à une forme d’esclavage à l’étranger

Au Burkina Faso, entre janvier et mars, 374 enfants en route vers des pays voisins ont été interceptés avant d’être exploités dans des champs ou des mines artisanales.

Au Burkina Faso, les enfants courent le risque d’être utilisés, notamment, pour le travail dans les champs.

Au Burkina Faso, les enfants courent le risque d’être utilisés, notamment, pour le travail dans les champs.

AFP

«Au premier trimestre de l’année 2021, ce sont 374 enfants présumés victimes ou victimes de traite qui ont été interceptés», a déclaré, lors d’une conférence de presse, la ministre burkinabée de la Femme, de la Solidarité nationale, de la Famille et de l’Action humanitaire, Hélène Marie Laurence Ilboudo. «Depuis un certain temps, les phénomènes qui affectent les enfants prennent des proportions inquiétantes dans notre pays», a-t-elle alerté, affirmant que 2318 enfants avaient été interceptés en 2020.

Ces enfants, âgés de moins de 16 ans pour la grande majorité et destinés à travailler dans des plantations, des mines artisanales ou pour des travaux domestiques, dans les pays voisins du Burkina Faso, ont été interceptés lors de contrôles de bus ou sur dénonciation, selon le ministère.

Mineurs rapatriés de Côte d’Ivoire

Importante destination du trafic des enfants, la Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de cacao, a également intercepté et rapatrié des mineurs, utilisés pour le travail dans les champs, précise le ministère.

Par ailleurs, 58 enfants rencontrés lors des opérations de sécurisation du territoire par les Forces de défense et de sécurité ont été remis aux services sociaux, a ajouté Hélène Marie Laurence Ilboudo, pointant également l’ampleur du phénomène des enfants des rues.

(AFP)

Ton opinion

0 commentaires