Actualisé 09.07.2014 à 11:54

«Les vacances du Petit Nicolas»

En vacances à la plage, le spectacle est partout

Quatre ans après son adaptation à succès du «Petit Nicolas», Laurent Tirard emmène les personnages de Sempé et Goscinny au bord de la mer.

de
Catherine Magnin

On dit souvent que ce sont les femmes qui mènent le monde. Eh bien, cette année, pour une fois, ce n'est pas maman (Valérie Lemercier) qui a eu le dernier mot: le petit Nicolas (Mathéo Boisselier) et son papa (Kad Merad) n'iront pas en vacances à la montagne, mais à la plage. Et avec Mémé (Dominique Lavanant, qui remplace la regrettée Bernadette Lafont).

C'est l'occasion pour le gamin de partir à la conquête d'un nouveau territoire de jeu et de faire de nouvelles bêtises avec de nouveaux amis. Surtout, il découvre des facettes inattendues de ses parents. Papa qui sourit plus que de coutume en reluquant les filles. Maman qui se pavane en costume de bain sur la plage, au point qu'un producteur de cinéma italien décide de faire d'elle la vedette de son film... Au final, tout reviendra à la normale. Papa se fera mener à la baguette par maman, et Nicolas par son premier amour d'été...

Nicolas fait peur...

Coloré et burlesque, l'univers des «Vacances du petit Nicolas» fait penser aux films de Jacques Tati, une référence pleinement assumée par le réalisateur, Laurent Tirard. Ce dernier ne renoue cependant pas tout à fait avec la fraîcheur et le rythme du premier épisode. Cela ne devrait pas empêcher cette suite d'aller titiller la barre des 136 000 entrées en Suisse romande (5,6 millions en France) réalisées par «Le petit Nicolas» il y a quatre ans. D'autant plus qu'il n'y a guère d'autres sorties d'importance pour lui faire de l'ombre cette semaine. C'est dire s'il fait peur, le petit Nicolas...

«Les vacances du petit Nicolas»

De Laurent Tirard. Avec Mathéo Boisselier, Valérie Lemercier, Kad Merad.

Sortie le 9 juillet 2014

**

Le réalisateur Laurent Tirard loin des bancs de l'école

Selon vous, pourquoi «Le petit Nicolas» a-t-il tant de succès?

Parce qu'il renvoie à la part d'enfance qui sommeille en chacun de nous. Les récits de Sempé étaient déjà un peu datés lorsqu'ils ont été publiés, dans les années 1960. Ils montraient une France désuète dans laquelle les lecteurs se retrouvent encore aujourd'hui.

Choisir d'adapter «Les vacances du petit Nicolas» pour le deuxième film, était-ce une évidence?

Oui. Javais envie de sortir de la salle de classe du premier opus. Je désirais centrer l'intrigue sur les rapports familiaux et mettre l'accent sur les performances de Kad Merad et Valérie Lemercier.

Etiez-vous heureux de les retrouver?

Ravi! Nous avons encore approfondi notre relation de travail. Il était extrêmement amusant de peaufiner les personnages ensemble. Celui de Valérie, notamment, a connu une grande évolution par rapport aux livres.

Envisagez-vous un troisième film?

Bien sûr. Je me sens si proche de ce personnage et de son univers que je ne demande qu'à rempiler. Cependant, j'aimerais bien réaliser un film plus personnel et plus adulte auparavant. Je prépare un road-movie autour dune histoire d'amour.

Propos recueillis par Laurent Vidal

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!