Justice: «En voyant sa dent cassée, je suis devenu comme fou»
Actualisé

Justice«En voyant sa dent cassée, je suis devenu comme fou»

Un homme a tué un Sénégalais en juin à la rue de la Ferme en voulant défendre son ex-femme. Lundi, il a été condamné à 5 ans de prison.

par
Raphaël Leroy
La victime ensanglantée sétait écroulée ici, sur la rue de Carouge.

La victime ensanglantée sétait écroulée ici, sur la rue de Carouge.

«Stp vient il y a un mec qui m'a cassé une dent.» C'est en recevant ce SMS de son ex-femme que le sang de M. n'a fait qu'un tour, le 22 juin 2013. Ce Gambien naturalisé suisse comparaissait lundi pour le meurtre d'un Sénégalais de 24 ans chez le voisin de son ancienne compagne, rue de la Ferme, dans le quartier de la Roseraie.

«Quand je suis arrivé, la victime était assise sur le canapé, a indiqué M., quadragénaire longiligne au catogan rasta. Quand j'ai vu ma femme qui pleurait et transpirait avec une dent en moins, mon instinct de protection a pris le dessus. Je suis devenu comme fou.» Sauf que le SMS reçu était inexact: son ex-femme avait bien perdu une dent, mais c'était en mordant l'importun, un homme ivre avec qui elle entretenait une liaison, mais dont elle ne voulait plus entendre parler.

Ignorant ce détail, le prévenu a sprayé le visage du Sénégalais. Une empoignade a éclaté. Une table et une chaise ont volé, sans que l'on sache qui les a lancés. M., qui n'a pas d'antécédents, a sorti son Opinel de 5 cm et frappé la victime trois fois, à la nuque et au poumon. «Je ne pensais pas le blesser grièvement. Je voulais juste qu'il s'en aille», a-t-il sangloté.

Une thèse qui n'a pas convaincu le Ministère public. «M. était conscient des risques encourus.» Il a demandé 8 ans de prison. La défense, représentée par Me Pierluca Degni, a plaidé le crime passionnel. Au final, le Tribunal a condamné M. à 5 ans ferme. Son avocat fera appel. «Je n'en veux pas à mon ex-femme, a juré le prévenu. Elle a fait tant de choses pour moi.»

Ton opinion