mom-shaming - Enceinte de 8 mois, elle se fait basher parce qu’elle soulève de la fonte
Instagram yanyahgotitmade
Publié

mom-shamingEnceinte de 8 mois, elle se fait basher parce qu’elle soulève de la fonte


Le compte Instagram d’une coach new-yorkaise est la cible de trolls qui lui reprochent de s’entraîner à un haut niveau à quelques semaines du terme de sa grossesse.

par
Emmanuel Coissy

«C’est impensable… Tu mets en danger la vie de ton enfant.» «Si j’étais ton mari, je t’empêcherais de courir après la gloire.» «C’est légal?» Voilà quelques-uns des nombreux commentaires qui alimentent le compte Instagram de Yanyah Milutinović, suivie par 315’000 abonnés sur le réseau social. Cette prof de sport, établie à New York, est au cœur d’une polémique parce qu’elle s’entraîne alors qu’elle est enceinte de 8 mois. Yanyah soulève de la fonte. Les charges sont lourdes. La Serbo-Finlandaise va au fitness trois à six à jours par semaine. Dans un post publié le 15 mai, la coach âgée de 34 ans, rétorque qu’elle mène sa vie comme elle l’entend, que personne n’a le droit de lui dicter sa conduite et qu’elle ne se laissera pas abattre par les trolls.

La controverse a attiré l’attention des médias américains qui ont évoqué cette affaire. En mars dernier, un médecin avait déclaré sur la chaîne CBS qu’il n’y avait pas de contre-indication. Par ailleurs, Yanyah Milutinović n’avait pas cessé de faire du sport quand elle attendait sa fille qui est née en 2017. Celle-ci, prénommée Smiljana, se porte très bien, assure la maman qui a pris 18 kilos au cours de sa deuxième grossesse. Un poids qu’elle compte bien perdre après l’accouchement comme elle l’avait fait après la naissance de l’aînée.

Le mom-shaming, un harcèlement sexiste

Yanyah Milutinović fait face à une forme de harcèlement sexiste, le mom-shaming. Ce mot désigne le fait de culpabiliser une mère et de s’attaquer à ses agissements notamment sur la question de l’éducation. La trentenaire est néanmoins soutenue par une large frange de sa communauté. «Pour moi, tu es une source d’inspiration, depuis des années», «Ces gens sont des idiots. J’admire ta force et ta ténacité», lit-on sur Instagram. Yanyah peut aussi compter sur le soutien de son mari, Risel Martinez, policier new-yorkais, avec qui elle s’entraîne.

Ton opinion

23 commentaires