PORSCHE 911 CARRERA 2 SPEEDSTER – Encore plus rare en version large

La Porsche 911 Carrera Speedster de 1993 «turbo-look» est un modèle rare dans sa version large.

La Porsche 911 Carrera Speedster de 1993 «turbo-look» est un modèle rare dans sa version large.

Bruno von Rotz / www.zwischengas.ch
Publié

PORSCHE 911 CARRERA 2 SPEEDSTEREncore plus rare en version large

La 911 Speedster basée sur la série G était un succès surprise. Pour autant, son successeur
basé sur la 964 s’est fait attendre et n’a été commercialisé qu’en version étroite. Certes, il existe une version à carrosserie large, mais son nombre est limité à 15 exemplaires.

par
Bruno von Rotz

La Speedster des années 1980 a eu un succès fou dès le départ, se négociant très vite à des valeurs qui dépassaient le prix du neuf. Mais quand la bulle Ferrari a éclaté au début des années 1990, le marché, surtout celui des véhicules neufs, était globalement en baisse. Rien n’était moins sûr que la construction d’une Speedster basée sur la série 964, dont la production avait démarré en 1989. Elle a tout de même fini par arriver en juin 1990, alliant la partie haute de la Speedster avec le soubassement de la nouvelle 964 avec carrosserie turbo large.

La grande désillusion

Mais voilà que la désillusion est arrivée, car avec la fin du boom des Ferrari, le marché pour une Speedster de petite série était également en baisse. L'IAA de 1991 s’est clôturé sans qu’une 964 Speedster n'y ait été présentée. C’est finalement en 1992, au Salon automobile de Paris qu’elle a été exposée. Elle avait désormais perdu la largeur d’une turbo et était basée sur la carrosserie standard de la 964. L’heure était à l’économie: après tout, la Speedster devait être proposée à un prix inférieur à celui du cabriolet qui avait été construit entre-temps.

La Porsche 911 Carrera Speedster de 1993 au look turbo était 12 centimètres plus large que la version étroite de série.

La Porsche 911 Carrera Speedster de 1993 au look turbo était 12 centimètres plus large que la version étroite de série.

Bruno von Rotz / www.zwischengas.com
Le pare-brise, contrairement à celui de son prédécesseur, était fixe.

Le pare-brise, contrairement à celui de son prédécesseur, était fixe.

Bruno von Rotz / www.zwischengas.com
La Speedster était un véritable coupé, la banquette arrière ayant disparu sous le couvre-capote.

La Speedster était un véritable coupé, la banquette arrière ayant disparu sous le couvre-capote.

Bruno von Rotz / www.zwischengas.com

En 1992, l'euphorie n'était plus non plus aussi grande que pour son prédécesseur. D’un côté, les jantes peintes couleur carrosserie n’ont pas échappé à la critique; de l’autre, le pare-brise était désormais fixe. Le fait que le toit était devenu nettement plus résistant à un usage quotidien et qu’il avait même réalisé de bonnes performances dans le test d’étanchéité est, dans un premier temps, probablement passé inaperçu aux yeux des journalistes.

Sièges confort sans supplément

La 964 Speedster était disponible en cinq coloris: rouge indien, blanc Grand Prix, bleu maritime, jaune vitesse et noir. Les sièges baquets de série, dont le dossier était peint couleur carrosserie, pouvaient également être remplacés par des sièges «confort», sans frais supplémentaires. Si le confort laissait quelque peu à désirer, il y avait au moins l'ABS, les vitres électriques et un autoradio. L’ouverture des portes, en revanche, s’effectuait à l’aide de sangles. Le toit était toujours noir et les doubles airbags n'étaient disponibles qu’en option. En mars 1993, il fallait débourser 131’500 DM (l’équivalent de 118’900 francs), soit environ 8’400 DM de moins que pour le cabriolet, pour acquérir la Carrera 2 Speedster, d’un poids de 1350 kg.

Tout juste 931 exemplaires

Capable d’atteindre une vitesse de pointe de 260 km/h, la 964 Speedster de 250 ch effectuait le sprint de 0 à 100 km/h en 5,7 secondes. Sur le plan technique, elle différait peu de la Carrera 2 génération 964. Pour disposer d’un peu plus de confort, il était possible de piocher dans la liste d’équipements Porsche. Le toit était de meilleure qualité par rapport à celui de son prédécesseur, mais demandait encore à être amélioré. Ceci dit, qui pouvait bien avoir envie de conduire la Speedster avec le toit fermé? Les clients n’étaient apparemment pas si faciles à convaincre. Alors que la Speedster de série G avait été produite à 2104 exemplaires, seuls 931 exemplaires de la génération 964 sont passés sur la ligne de production entre fin 1992 et fin 1993.

La rareté de la version à carrosserie large

Ceux pour qui la mince carrosserie de série de la 964 Speedster était trop étroite, pouvaient la faire élargir chez «Porsche Exclusive» pour 16’269 DM de plus. Cette version élargie de dix centimètres s’appelait «Turbo-look» et sa construction était loin d’être banale. Au total, 15 voitures ont été construites, les dix premières en incorporant les carrosseries dans la ligne de production standard, les cinq autres ont été réalisées ultérieurement chez Porsche Exclusive. Hormis des roues et des ailes plus larges, les différences entre les versions large et étroite étaient minimes. La version large n'a jamais figuré sur les listes de prix standard, de sorte que de nombreux clients n'ont probablement jamais eu connaissance de cette option. Qui sait, peut-être que la version à carrosserie large aurait fait grimper la production de la Speedster si d’autres décisions avaient été prises à l'époque.

Ton opinion