Actualisé 24.10.2014 à 09:21

Valais

Encore un encaveur pincé par la justice

Une société a employé une vingtaine de travailleurs au noir dans une cave du Valais central. Son directeur a été condamné.

de
frb

«Vingt personnes au noir dans une seule entreprise, c'est tout de même beaucoup.» Dans un article paru vendredi dans «Le Nouvelliste», la ministre chargée du Département de la Santé, des affaires sociales et de la culture Esther Waeber-Kalbermatten revient sur la récente condamnation du directeur d'une société qui gérait le personnel d'une cave valaisanne. En octobre 2013, celui-ci employait au total vingt ouvriers extra-Européens sans les annoncer aux autorités compétentes. C'est lors d'un contrôle inopiné que la situation a été découverte par le canton. Le Ministère public lui a infligé une peine de 60 jours-amende avec un sursis de deux ans et une amende ferme de 2000 francs.

Mais ce n'est pas tout. Dans six cas sur vingt, les salaires des employés clandestins n'étaient même pas déclarés aux institutions d'assurances sociales, poursuit le quotidien valaisan. Chaque année, une quarantaine de dénonciations pénales arrivent sur le bureau du Ministère public valaisan. La plupart concerne le secteur de la construction, suivie de l'hôtellerie et de la restauration. Six inspecteurs sillonnent le canton pour lutter contre le travail au noir. Mais l'agriculture reste le domaine le plus compliqué à contrôler, en raison des risques de fuites dans les champs.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!