Encourager les musulmans à collaborer
Actualisé

Encourager les musulmans à collaborer

Afin de lutter contre l'intolérance envers les musulmans, ces derniers sont appelés à travailler avec les autorités, et les médias doivent jouer le jeu.

Selon le chef de la délégation suisse, ce sont deux enseignements de la conférence de l'OSCE sur le sujet, qui s'est achevée mercredi.

Globalement, la réunion de Cordoue, en Espagne, a permis de prendre conscience de «l'effort nécessaire pour continuer sur les voies qui s'imposent», a expliqué mercredi à l'ATS l'ambassadeur Anton Thalmann, suppléant du secrétaire d'État du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE).

Programmes

Il s'agit notamment de «promouvoir la compréhension des problèmes» qui surgissent entre les adeptes de l'islam et le reste des populations nationales. Pour cela, une «large gamme de programmes sont nécessaires pour promouvoir la tolérance et le repect de l'autre», a poursuivi M. Thalmann.

Les participants ont par exemple constaté qu'il fallait «encourager les communautés musulmanes à coopérer avec les structures gouvernementales, en Suisse ou ailleurs en Europe», a précisé l'ambassadeur.

Lors de cette conférence, intitulée «l'intolérance envers les musulmans», il a aussi été question de «l'appel au sens des responsabilités des journalistes, car les médias peuvent jouer un rôle afin de promouvoir la compréhension mutuelle et réchauffer le climat» entre communautés.

Combattre les crimes raciaux

Un autre constat s'est imposé aux participants: la nécessité de collecter des informations au plan international sur les «crimes de haine» raciale (»hate crimes») et de les combattre «avec une législation adéquate», a ajouté le diplomate suisse.

Parmi les ONG qui participaient à la conférence, aucune n'a émis de critique visant un fait particulier envers tel ou tel pays. Pour ce qui concerne la Suisse, personne n'a donc fait allusion à l'initiative de la droite dure visant à interdire la construciton de minarets.

«Il s'agissait d'exposer les différentes situations nationales», et cela a permis de promouvoir une meilleur coopération internationale en la matière», s'est réjoui Anton Thalmann.

Cette conférence de deux jours a été ouverte mardi par le ministre espagnol des Affaires étrangères Miguel Angel Moratinos, qui assume actuellement la présidence tournante de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

La délégation suisse comptait également des représentants du Service de lutte contre le racisme (DFI) et des milieux intéressés de la société civile. (ats)

Ton opinion