Actualisé 21.12.2016 à 18:49

Efficacité

Energie: l'administration fédérale progresse

L'armée, les EPF, les CFF, La Poste, Swisscom et Skyguide, sans oublier l'administration à Berne ont amélioré leur efficacité énergétique.

88% de l'électricité consommée par ces acteurs provient de sources renouvelables, dont 10% de production propre.

88% de l'électricité consommée par ces acteurs provient de sources renouvelables, dont 10% de production propre.

DR

L'administration fédérale, l'armée, les EPF et les entreprises fédérales (CFF, La Poste, Swisscom et Skyguide) ont amélioré leur efficacité énergétique. Mais ils peuvent faire encore mieux. Il faudra des investissements supplémentaires, constate le Conseil fédéral dans un rapport.

Ces acteurs ont amélioré leur efficacité énergétique de 26,7% depuis 2006. Ils dépassent déjà l'objectif défini pour 2020, soit 25% par rapport à l'année de référence 2006. La Confédération assume ainsi son rôle de modèle dans le cadre de la Stratégie énergétique 2050, se félicite mercredi le gouvernement.

Dans le détail, 88% de l'électricité consommée par ces acteurs provient de sources renouvelables, dont 10% de production propre. Et 40% de la chaleur qu'ils consomment est produite à partir d'énergie renouvelable, dont 70% de production propre.

Investissements

Le rapport indique toutefois l'existence d'un potentiel nettement plus élevé. Il réside avant tout dans le solaire, suivi de la force hydraulique et de l'éolien. Le Département fédéral de la défense (DDPS) représente à lui seul 50% de ce potentiel.

Les coûts d'investissement pour améliorer encore l'efficacité énergétique sont estimés à quelque 370 millions de francs, dont la majeure partie pour les installations photovoltaïques.

En matière de chaleur, les coûts d'investissement pour remplacer les chauffages actuels d'ici 20 ou 30 ans se montent à 59 millions. Et pour l'exploitation des rejets de chaleur, la production à partir de biomasse et l'utilisation de l'énergie de l'environnement des EPF, les investissements supplémentaires sont estimés entre 215 et 230 millions de francs au minimum.

Obstacles

Pour tous les acteurs, le premier obstacle réside dans la mise à disposition des fonds d'investissements requis. Cela s'applique aussi aux solutions considérées comme rentables sur toute la durée de vie d'une installation électrique, car l'investissement initial pour l'énergie renouvelable est généralement plus élevé que pour les solutions conventionnelles.

L'administration fédérale, les EPF et l'armée n'ont de plus pas de mandat pour produire et vendre de l'énergie. Le potentiel de certains sites adaptés à la production d'électricité ne peut donc pas être exploité.

Depuis 2013, tous ces acteurs sont rassemblés au sein du groupe Exemplarité énergétique de la Confédération. Ils devront élaborer d'ici fin 2017 des plans d'action pour la gestion des potentiels et des obstacles identifiés, sans perdre de vue la rentabilité. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!