Actualisé 01.11.2013 à 05:09

Cossonay (VD)

Enfants à la chasse: une amie des bêtes outrée

Le Passeport Vacances propose de traquer des animaux en forêt. Alors que certains s'insurgent, les organisateurs évoquent une découverte de la nature.

de
Caroline Gebhard
Les enfants étaient présents en qualité d'observateurs aux côtés des chasseurs.

Les enfants étaient présents en qualité d'observateurs aux côtés des chasseurs.

«Ça peut choquer les enfants et rester gravé dans leur mémoire.» Présidente de l'association SOS Chats, Tomi Tomek a été horrifiée de découvrir le récit de la «Journée à la chasse» d'une dizaine d'enfants dans le dernier numéro du «Journal de la région de Cossonay». La bonne fée des animaux a ainsi eu la confirmation de ce qu'elle soupçonnait: le Passeport Vacances, dans certaines régions, offre la possibilité aux écoliers de traquer des animaux aux côtés de chasseurs. «C'est révoltant, on peut déjà s'imaginer ce que deviendront ces enfants une fois adultes», poursuit-elle.

Si Tomi Tomek tombe des nues, l'activité existe depuis longtemps aux quatre coins de la Suisse romande. Au Pied du Jura, elle est proposée depuis plus de sept ans. «Il y a une approche basée sur la protection de la nature», explique Sophie Mizar, présidente du Passeport Vacances de la région de Cossonay. Je n'ai pas l'impression qu'on va rendre les enfants cruels envers les animaux avec ce genre d'activités.» Selon Philippe Duperrex, président de la Diana de Cossonay, «le but n'est pas d'en faire des chasseurs à tout prix. On essaie de leur apprendre en quoi consiste cet art de vivre et de leur démontrer que ce n'est pas prendre un fusil et tirer sur les premiers animaux venus, mais surtout observer, écouter et tenter de comprendre le gibier tout au long de l'année.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!