Philippines: Enfants-soldats tués lors d'une action anti-rebelles
Actualisé

PhilippinesEnfants-soldats tués lors d'une action anti-rebelles

Les militaires philippins participant à une vaste offensive contre des rebelles musulmans dans le sud de l'archipel ont identifié trois enfants-soldats parmi les 53 personnes tuées dans l'opération.

L'offensive lancée contre les Combattants islamiques pour la liberté de Bangsamoro (BIFF) a fait 52 morts parmi les rebelles, dont les trois enfants, et un soldat, selon le porte-parole régional de l'armée, le colonel Dickson Hermoso.

«Ils utilisent des enfants armés et en tenue de camouflage. Quand nous tombons sur eux, nous ne pouvons pas savoir si ce sont des enfants ou pas», a déclaré vendredi M. Hermoso.

Les trois enfants-soldats ont été enterrés peu après leur décès, conformément à la tradition musulmane.

Accord de paix prévu

Cette offensive intervient après la conclusion la semaine dernière des négociations entre le gouvernement et le principal groupe rebelle islamique des Philippines, le Front moro islamique de libération (MILF).

Les deux parties devraient signer un accord de paix au cours des prochaines semaines après avoir levé les derniers obstacles pour mettre fin à une insurrection meurtrière qui durait depuis 1970.

Le président Benigno Aquino espère l'entrée en vigueur de cet accord avant la fin de son mandat unique en 2016. Cela mettrait fin à une rébellion qui a causé près de 150'000 morts.

Les négociations avaient démarré en 1996 et se sont depuis poursuivies, par intermittence.

Premier accord

Le BIFF est opposé au dialogue avec Manille et a mené de nombreuses attaques ces dernières années afin de faire dérailler le processus de paix. L'armée affirme avoir pris le quartier général du BIFF ainsi qu'un site de fabrication d'explosifs dans des villages isolés de l'île de Mindanao.

Le MILF a indirectement participé aux pertes infligées au BIFF en retenant ses propres troupes et en empêchant les combattants du BIFF de se replier sur son territoire.

En octobre 2012, le MILF et le gouvernement avaient conclu un premier accord qui stipulait que les 12'000 hommes du MILF devaient renoncer à exiger l'indépendance de leur région sur l'île de Mindanao en échange d'un important partage du pouvoir et des richesses dans une région autonome. (ats)

Ton opinion