Lausanne: Enfermé dans une bouteille géante
Actualisé

LausanneEnfermé dans une bouteille géante

Scène insolite face au Learning Center de l'EPFL, depuis mardi, où un artiste dévoile une performance jusqu'à dimanche.

par
Frédéric Nejad Toulami

Une bouteille de 6 mètres de long sur 2 de large semble étrangement échouée dans l'herbe, sur le bord de la route cantonale, face au célèbre Learning center de l'EPFL, près de Lausanne. Sur le haut de la surface, des visuels en noir et blanc, rappelant les codes internationaux des signaux maritimes. De plus prêt, on aperçoit alors un individu enfermé à l'intérieur.

20minutes.ch s'est rendu sur place vendredi après-midi. A l'approche, nous découvrons trois jeunes Français, de passage mais résidant à Berlin (A), qui, surpris et amusés, dialoguent à travers le plexyglass transparent avec le prisonnier du récipient géant. Il s'agit en fait de l'artiste français Abraham Poincheval. «Je suis arrivé ici mardi passé avec mon œuvre, où je vis en autonomie à l'intérieur jusqu'à dimanche», explique-t-il. La raison? C'est l'EPFL qui, voulant participer à sa façon à la Nuit des musées de Lausanne et Pully, samedi soir, a fait appel à lui. Abraham Poincheval avait déjà réalisé cette performance artistique en juillet 2015 à Port-Saint-Louis-du-Rhône, en Camargue. «L'image est une bouteille jetée à la mer, et le fil rouge est le Rhône, détaille-t-il. Je le remonte par étape. L'an prochain je reviendrai à Genève, en mai, puis j'irai à Sion et ailleurs en Valais, jusqu'à l'étape finale: le glacier du Rhône.»

Vivre à l'intérieur de sa bouteille, dans laquelle il entre par le goulot, en enlevant le bouchon, en totale autonomie signifie qu'il y mange et y dort, et il y fait aussi ses besoins naturel, dans un récipient. A la vue de tous, n'est-ce pas gênant? «Mon corps et mon psychique s'adapte dès que je suis à l'intérieur, ainsi je n'en ai besoin que la nuit. Dans l'obscurité, personne ne me voit,» détaille l'artiste de 45 ans.

En 2014, ce performer avait déjà fait parler de lui en s'enfermant durant treize jours à l'intérieur d'un ours empaillé au musée de la Chasse et de la Nature à Paris. Il avait aussi vécu quelques jours au sommet d'un mât, à Rennes (F).

Ton opinion