Actualisé

GenèveEnlevez vos chaussures, c'est le tapis qui le dit!

L'aéroport s'équipe d'un dispositif qui détecte le métal dans les souliers. Une première mondiale, qui fera gagner du temps.

par
Marine Guillain

Un «biiiiiiiiiip!» retentit au passage du portique, au contrôle de sûreté de l'aéroport de Genève (GVA). «Veuillez retourner en arrière, enlever vos chaussures et repassez, s'il vous plaît», requiert l'agent. Grognements et perte de temps.

Ce genre de situation ne va plus se produire à Cointrin. L'aéroport vient de s'équiper de 37 tapis gris dotés d'une technologie de pointe. Placés juste avant les portiques, ils identifient les chaussures qui vont sonner à cause du métal et indiquent au voyageur s'il doit se déchausser. Le but: éviter les congestions aux heures de pointe, surtout en hiver, dues aux allers-retour des passagers. «Le nombre de 130 voyageurs contrôlés par heure et par machine va passer à 137-140, estime Ruben Jimenez, chef de la division sûreté. En multipliant par les seize machines centralisées, on pourra traiter des centaines de passagers en plus, ce qui est vraiment significatif pour nous.»

«Moins d'alarmes, moins de fouilles, moins de mal de dos!»

Aéroport, vacanciers... même les employés de GVA ont tout à gagner: «Il y aura moins d'alarmes, donc moins de fouilles et moins de mal de dos!», jubile Ruben Jimenez. Des tabourets ont aussi été installés pour se déchausser confortablement. Ils seront bientôt remplacés par des chaises. Coût du dispositif: entre 20 000 et 30 000 fr. par tapis. Pensé par la start-up vaudoise Sedect, le système a été mis sur pieds en trois ans. C'est une première mondiale. «D'autres aéroports s'y intéressent et un test est d'ores et déjà en cours à Rome», se réjouit l'entreprise.

Genève Aéroport a choisi cette option car il est arrivé aux limites de l'espace mis à disposition pour fouiller les voyageurs, et ne peut pas rajouter de machines X-Ray actuellement pour améliorer le flux. Il travaille aussi sur le développement d'un système similaire qui permettrait de pré-détecter les alarmes au niveau des ceintures et du contenu des poches. Ruben Jimenez espère «être équipé dans le courant de l'année prochaine».

Pas de contrainte supplémentaire

Pas de contrainte supplémentaire

La technologie du tapis plat est basée sur la réponse électromagnétique d'un arrangement de bobines. Elle est sans danger et sans rayonnement ionisant. Le système détecte si l'éventuel métal contenu dans les chaussures va faire sonner le portique, ce au moment où le passager montre son «boarding pass» juste avant le portique. Le voyageur peut alors les enlever, dans un endroit doté de sièges et les faire passer dans le tunnel X-Ray pour les récupérer de l'autre côté sans avoir à faire machine arrière. «C'est un bon endroit, car il s'agit déjà d'un point d'arrêt», a commenté le directeur de Sedect Bernard Revaz. On évite une contrainte supplémentaire pour les voyageurs, souvent stressés. (ats)

Entreprise locale

Entreprise locale

Genève Aéroport a voulu travailler avec des entreprises de la région et a fait appel à Sensima Inspection à Gland, active dans le contrôle de pièces métalliques dans l'industrie. Créée pour l'occasion, Sedect, sa spin off, a développé le produit en trois ans en tenant compte des contraintes techniques mais aussi humaines de ce passage obligé. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!