Espagne : Enorme gazpacho humain pour la «Tomatina»
Actualisé

Espagne Enorme gazpacho humain pour la «Tomatina»

Près de 40'000 jeunes du monde entier se sont jetés mercredi matin plus de 120 tonnes de tomates à la figure, lors de la fameuse «Tomatina», dans la petite ville de Bunol, à l'est de l'Espagne.

Les rues se sont transformées en sauce tomate géante et les jeunes, abreuvés de sangria, dont certains torse nu, se sont défoulés pendant une heure sur et autour de la Plaza Mayor, dans cette localité de 10.000 habitants, à une quarantaine de kilomètres de Valence.

Comme le veut la tradition pour le dernier mercredi du mois d'août, cinq camions ont déversé à 11H00 quelque 120 tonnes de tomates au milieu d'une foule enthousiaste qui s'est immédiatement emparée des projectiles pour se les lancer sans ménagement.

Equipement recommandé

Les participants ont eu pour consigne d'»écraser les tomates avant de les lancer» pour que le coup soit moins fort, porter «de vieux habits qui pourront être jetés» après la fête, et si possible des chaussures fermées plutôt que des sandales qui pourraient «se perdre dans le jus de tomates», expliquent les organisateurs.

Il est aussi recommandé aux participants de s'équiper de «lunettes de natation» car «l'acidité des tomates pique les yeux».

La «Tomatina» attire un nombre grandissant d'étrangers et cette année «nous avons renforcé la sécurité, avec 200 agents de la police et de la protection civile», a déclaré Rafael Perez, conseiller municipal de Bunol.

Opération rentable

Au total, cette fête coûte «100'000 euros à la municipalité, dont 30'000 pour l'achat des tomates», a-t-il ajouté. Une opération toutefois rentable, assure la mairie, les participants consommant avant et après la fête.

La «Tomatina» remonte à 1944, lorsqu'un groupe de jeunes du village avait provoqué une bagarre pendant les fêtes, utilisant les tomates d'un étalage de primeurs. D'année en année, la tradition s'est installée, malgré les réticences des autorités, qui l'ont même interdite dans les années 1950.

En 1957, la mairie l'a finalement autorisée et l'organise elle- même depuis.

(ats)

Ton opinion