Actualisé 08.02.2008 à 12:07

Enquête contre le capucin pédophile classée dans le Jura

Le prêtre capucin accusé de pédophilie est pour l'instant mis hors de cause dans le Jura. Le procureur général a classé l'enquête ouverte à son encontre.

Aucun indice concret ne permet de soupçonner que le prêtre a récidivé dans le canton, après les abus sexuels commis il y a plusieurs années contre des enfants dans le canton de Fribourg et en France voisine.

Le procureur général Yves Maître, qui a ouvert une enquête contre le prêtre, a entendu l'intéressé le 25 janvier dernier. «Le père capucin a déclaré n'avoir rien à se reprocher depuis qu'il réside à Delémont, soit depuis novembre 2005. Il a expliqué être encadré et surveillé et n'avoir eu aucun contact avec des enfants», a souligné vendredi le procureur général.

La police et les magistrats n'ont enregistré aucun signalement d'abus ni aucune plainte de victime jurassienne. L'enquête a en outre permis de vérifier qu'à Montcroix où il habite, le capucin n'avait pas d'accès à Internet et ne possédait aucun objet ou document compromettant. A défaut d'indices concrets, l'affaire est dès lors classée, sous réserve d'éléments nouveaux.

Déménagement

Le prêtre a informé le procureur général qu'il ne résidait plus à Delémont depuis le 10 janvier 2008. Il a été transféré par sa hiérarchie dans une communauté de capucins de l'agglomération zurichoise. Il s'est dit prêt à collaborer avec les autorités judiciaires. Le procès-verbal d'audition a été communiqué, dans le cadre de l'entraide judiciaire, à l'Office des juges d'instruction de Fribourg, ainsi qu'au Parquet général de Lyon.

Une enquête est en cours dans le canton de Fribourg. Lors de son interpellation à Delémont dans le cadre d'une commission rogatoire émanant des autorités françaises, le prêtre de 67 ans avait admis des abus sexuels sur un garçon de dix ans. Des faits commis dès 1985, 1986 et durant quatre ans à son domicile de Lully, dans la Broye fribourgeoise. Il a aussi reconnu avoir commis entre 1989 et 2005 des actes sexuels en France sur l'un de ses neveux, alors mineur.

Le prêtre en cause, appartenant à l'Ordre des Capucins, avait été déplacé en France, dans la région de Grenoble, en 1989, après avoir sévi dans le canton de Fribourg. Il est revenu en Suisse dans un couvent à Delémont (JU) en 2005. La plupart des faits sont aujourd'hui prescrits. (ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!