Actualisé 01.12.2017 à 11:59

Affaire Bernard NicodEnquête pour harcèlement définitivement classée

Le promoteur lausannois était soupçonné d'attouchements sur une apprentie. Mais les faits établis ne sont pas poursuivis d'office et il n'y a pas eu de plainte.

Bernard Nicod. Image: archive/photo d'illustration/Keystone

Bernard Nicod. Image: archive/photo d'illustration/Keystone

Le Ministère public central vaudois a confirmé vendredi le classement de la procédure ouverte contre le promoteur immobilier lausannois Bernard Nicod. Il avait rendu son ordonnance en ce sens le 16 novembre dernier et aucun recours n'a été déposé. L'affaire est donc définitivement classée, aux yeux de la justice.

Le Ministère public avait été saisi de cette affaire en octobre 2016, sur dénonciation de la Direction générale de l'enseignement postobligatoire. Les actes évoqués à l'époque où le cas avait été rendu publics remontaient au mois de juillet de la même année. Bernard Nicod, 67 ans à l'époque, aurait plaqué l'apprentie de 24 ans contre un mur en l'incitant à l'embrasser et en se livrant à des attouchements.

«Les faits établis par l'enquête ne constituent pas des infractions contre l'intégrité sexuelle qui se poursuivent d'office», écrit vendredi le Ministère public. Qui précise que, en l'absence de plainte, «aucune infraction pénale n'a été retenue». La jeune femme victime du comportement de son patron avait en effet renoncé à actionner la justice.

Le magnat vaudois de l'immobilier devra néanmoins s'acquitter des frais de procédure. (20 minutes)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!