Vaud: Enquête sur le prêt accordé par l'Etat à S3

Actualisé

VaudEnquête sur le prêt accordé par l'Etat à S3

Alors que Swiss Space Systems est en faillite, la commission de gestion du Grand Conseil veut des détails sur l'argent alloué.

Le projet, ici présenté par la patron de la société Pascal Jaussi en 2013, avait bénéficié d'une aide financière cantonale pour payer les salaires et chercher des investisseurs.

Le projet, ici présenté par la patron de la société Pascal Jaussi en 2013, avait bénéficié d'une aide financière cantonale pour payer les salaires et chercher des investisseurs.

Keystone/Archives

Le Contrôle cantonal vaudois des finances (CCF) est chargé d'enquêter sur le prêt de 500'000 francs accordé par le canton à l'entreprise Swiss Space Systems (S3), qui a fait faillite. Le CCF a été mandaté mercredi par la commission de gestion du Grand Conseil.

La commission a pris cette décision à l'unanimité de ses membres présents, a indiqué sa présidente Valérie Schwaar, confirmant une information de la RTS. Le CCF devra s'assurer que l'argent a été alloué conformément à la législation cantonale, a précisé la députée socialiste. Le mandat porte aussi sur l'efficacité de la somme versée.

Le CCF, qui regroupe des experts financiers et comptables sans étiquette politique, n'a pas de délai pour rendre son rapport.

Ce prêt, tiré du fonds de lutte contre le chômage, avait été octroyé en août 2015 pour venir en aide à la société S3, qui connaissait déjà des difficultés financières. Cette somme devait servir à payer les salaires et continuer à chercher des investisseurs.

Trou de plus de 7 millions

La société aérospatiale S3, basée à Payerne (VD), a été déclarée en faillite par les autorités judiciaires civiles du canton de Vaud en décembre 2016. Elle a recouru contre cette décision, avant de retirer son recours le 16 janvier, rendant la faillite définitive.

S3 faisait l'objet de nombreuses poursuites dépassant les sept millions de francs. L'entreprise voulait lancer des minisatellites à partir d'une navette emmenée sur le dos d'un avion. Elle comptait également organiser des vols en apesanteur.

Enquête pénale contre le boss

Le Ministère public fribourgeois a par ailleurs ouvert une procédure pénale contre le directeur de S3, Pascal Jaussi, qui est soupçonné d'avoir savamment orchestré sa propre agression en août à Aumont (FR).

Pascal Jaussi est poursuivi pour induction de la justice en erreur, incendie intentionnel et faux dans les titres. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion