Vaud – Enseignants et leurs remplaçants massivement touchés par le Covid

Publié

VaudEnseignants et leurs remplaçants massivement touchés par le Covid

Le variant Omicron cause de nombreuses absences chez les profs vaudois. Et les personnes appelées en renfort doivent parfois elles aussi être remplacées. Une situation inédite.

Dans le canton de Berne, le port du masque à l’école ne suffit pas non plus à éviter le chaos, à cause d’un nombre élevé de contaminations. 

Dans le canton de Berne, le port du masque à l’école ne suffit pas non plus à éviter le chaos, à cause d’un nombre élevé de contaminations.

Archives Tamedia/Adrian Moser

Le canton de Vaud n’échappe pas au chaos scolaire, déjà recensé dans d’autres cantons comme Berne ou Genève. Le nombre de cas Covid parmi les élèves et les enseignants vaudois, avant les vacances de Noël, avait déjà de quoi alerter. Le variant Omicron, nettement plus contagieux que ses prédécesseurs, avait déjà bien perturbé le déroulement des cours. Mais depuis la rentrée, la situation est devenue particulièrement critique: en janvier, les absences des professeurs titulaires pour raisons de santé représentent déjà 7% des périodes d’enseignement, alors que ce taux n’était que de 4% à fin janvier 2021, note «24 heures».

En plus, la reprise des cours n’a eu lieu que le 10 janvier alors qu’il y a un an, la rentrée était agendée au 4 janvier. Depuis le début de l’année, pas moins de 2300 remplaçants ont déjà été mobilisés et ils ont dispensé plus de 25’000 périodes d’enseignement, chiffrent nos confrères.

Le problème, c’est que même les remplaçants sont touchés par des isolements ou des quarantaines et qu’ils doivent eux aussi être remplacés. Les établissements tentent quotidiennement de trouver des solutions. «Nous avons actuellement une liste de 10’000 à 11’000 remplaçantes et remplaçants disponibles. De quelques coups de téléphone habituellement, il en faut aujourd’hui parfois jusqu’à 25 ou 30 pour trouver quelqu’un», a expliqué Julien Schekter, porte-parole du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture, au quotidien vaudois.

Problème supplémentaire: les étudiants de la Haute école pédagogique (HEP), à qui les établissements font régulièrement appel pour des remplacements, sont actuellement en session d’examen. La fermeture des classes, faute de profs, est une option de dernier recours, qui n’a pour l’instant été que peu utilisée.

(jfz)

Ton opinion

137 commentaires