Espagne: Entente sur les prix des autos sévèrement punie
Actualisé

EspagneEntente sur les prix des autos sévèrement punie

La commission espagnole de la concurrence a infligé près de 185 millions de francs d'amendes à des constructeurs automobiles qui avaient échangé des informations

Vingt-et-une entreprises automobiles se sont vu imposer des amendes en Espagne d'un montant global de 171 millions d'euros (184,6 millions de francs), dont des constructeurs français et américains, pour des ententes réalisées entre 2006 et 2013, a annoncé mercredi l'autorité en matière de concurrence.

La Commission nationale des marchés et de la concurrence espagnole a décidé de sanctionner ces constructeurs et distributeurs pour avoir «échangé des informations sensibles du point de vue commercial et stratégique» dans les secteurs de la gestion d'entreprise, du service après-vente et du marketing, a précisé la Commission dans un communiqué.

Les entreprises ont fait preuve de «dissimulation et de secret», à travers, entre autres, de prétendus forums d'échanges. Ces activités illicites ont été facilitées par le cabinet de conseil Urban Science et le distributeur Snap-On, également sanctionnés.

Les contrevenants ont la mainmise sur le marché

«De telles pratiques constituent une entente portant atteinte à la concurrence», a dénoncé la Commission qui souligne que ces marquent distribuent 91% des voitures vendues en Espagne.

Six filiales espagnoles de groupes internationaux doivent payer plus de la moitié des amendes infligées: les américains General Motors et Ford Espagne (respectivement 24,6 et 21,8 millions de francs), le japonais Toyota (9,3 millions), ainsi que les trois constructeurs français Renault (19,6 millions), Peugeot (17 millions) et Citroën (15,9 millions).

«Le secteur automobile espagnol est l'un des plus compétitifs d'Europe» s'est défendu la fédération des constructeurs automobiles espagnols (Anfac), assurant que les dix premières marques n'atteignaient pas le seuil des 70% de parts du marché espagnol, contre 75% dans les pays voisins.

Constructeur local épargné

Seul le groupe espagnol Seat a été exempté d'amende, non pour son appartenance au pays mais pour avoir coopéré avec la Commission, fournissant des preuves de l'existence de cette entente, évitant ainsi de payer l'équivalent de 42,5 millions de francs.

L'Autorité de la concurrence a pour rôle de garantir l'existence d'une concurrence efficace et loyale sur les marchés du pays, afin de préserver l'intérêt du consommateur.

(afp)

Ton opinion