Vaud: Enterrement chaotique à cause d’un conflit entre les filles de la défunte 
Publié

VaudEnterrement chaotique à cause d’un conflit entre les filles de la défunte 

L’animosité entre deux sœurs et une troisième a abouti à ce que chaque clan ait sa propre cérémonie. Ce qui a mis les pompes funèbres dans l’embarras.

par
Abdoulaye Penda Ndiaye
La crémation de l’octogénaire vaudoise décédée a eu lieu après cinq jours de disputes et de courriers d’avocats.

La crémation de l’octogénaire vaudoise décédée a eu lieu après cinq jours de disputes et de courriers d’avocats.

dr

Le 18 février, une entreprise vaudoise de pompes funèbres s’apprêtait à organiser une ­cérémonie de recueillement suivie de l’incinération d’une octogénaire décédée l’avant-­veille. Mais peu avant le début des adieux, elle a reçu un message qui a chamboulé ses plans. L’avocat d’une des filles de la défunte exigeait le report de l’incinération afin que sa cliente, basée en France, et ses deux enfants majeurs puissent voir le corps une dernière fois.

En pleine cérémonie, les deux autres filles ont été mises au courant de la demande de leur sœur. «Nous avons refusé de stopper l’enterrement car tous les proches qui avaient pris soin de notre maman lors de sa maladie étaient là», justifie l’une d’elles. À la fin, des objets personnels ont été déposés sur le cercueil, qui a ensuite été fermé. Le corbillard a pris la direction du crématorium de Montoie, à Lausanne.

Entreprise funéraire prise entre deux feux

Mais les choses n’ont pas eu lieu comme prévu. Selon nos informations, l’entreprise funéraire, prise entre deux feux, a consulté son avocat. Les deux sœurs ont pris contact avec la gendarmerie pour «atteinte à la paix des morts».  Selon elles, le cercueil de leur maman a été rouvert sans leur accord. Pour leur part, les pompes funèbres ont pris l’option de permettre à chaque clan d’avoir sa propre cérémonie. Dans une ambiance de tiraillements chaotiques. «Ma maman était croyante et était appréciée par beaucoup de monde. Elle a eu au moins droit à un recueillement religieux», salue la fille basée en France.

L’affaire n’est pas terminée. Les deux sœurs ont mandaté un célèbre avocat pour réclamer des explications à l’entreprise funéraire, qui n’a pas, selon elles, respecté le contrat. 

Litige même sur l’avis de décès

L’argent, le nerf de la détestation

Ton opinion