Fourgons, hélicos, démineurs – Malgré la tension, la venue de Zemmour à Genève se déroule sans heurts
Publié

Fourgons, hélicos, démineursMalgré la tension, la venue de Zemmour à Genève se déroule sans heurts

Quelque 300 invités ont assisté, mercredi, au débat-conférence en présence du probable candidat à la présidentielle française. Un important dispositif de sécurité a été déployé à l’hôtel Hilton.

par
Leïla Hussein

Mercredi, à 18h, une manifestation antifasciste s’est tenue dans le quartier des Pâquis. Le défilé, qui a réuni plusieurs centaines de personnes, s’est également déroulé dans le calme.

20 minutes

«On ne comprend pas pourquoi il y a autant de sécurité», se sont étonnés des clients du Hilton, mercredi. Ce soir-là, l’hôtel avait des allures de forteresse. Encerclé par d’innombrables fourgons de police, l’établissement proche de l’aéroport était surveillé par des dizaines d’agents antiémeutes postés à chaque entrée et survolé par des hélicoptères. A cela s’ajoutait le dispositif de sécurité mis en place par l’hôtel.

Menaces de colis piégés

La raison de cette démonstration de force: un débat-conférence prévu à 20h avec pour vedette Eric Zemmour. Mais la présence du polémiste français et potentiel candidat à la présidentielle (ndlr: il devrait officiellement l’annoncer d’ici le 5 décembre) n’était pas du goût de tout le monde. En plus d’une manifestation antifasciste, qui a réuni 2000 personnes d’après les organisateurs, le soir-même aux Pâquis, les groupes militants avaient annoncé leur venue au palace genevois.

Durant l’après-midi, ce dernier a d’ailleurs fait l’objet de menaces indiquant que plusieurs colis piégés avaient été placés dans le bâtiment. Une éventualité peu probable selon la police, car les lieux étaient sous surveillance depuis plusieurs jours. Toutefois, peu avant 18h, les démineurs ont fait le déplacement pour lever le doute. Aucun danger n’a été identifié. Le reste de la soirée s’est déroulé dans le calme.

Invités triés sur le volet

Une heure avant l’événement, un défilé de voitures chics et de taxis s’est tenu devant l’hôtel. Pour entrer, il fallait montrer patte blanche. Nom, prénom, pièce d’identité et invitation étaient exigés par les agents de sécurité. «C’est vraiment un gros dispositif. On ne peut même pas approcher pour déposer les clients et la sortie ne se fait pas à l’endroit habituel», nous a détaillé Sam, un chauffeur de taxi.

Le diner, accessible uniquement sur invitation et au prix de 200 francs, a réuni quelque 300 personnes triées sur le volet. Beaucoup de jeunes avaient fait le déplacement. Tout comme des membres de l’UDC. C’est le cas d’Eric Bertinat et de Yves Nidegger. «Monsieur Zemmour est un homme intéressant. Il vient parler aux Français de la Suisse et chercher des soutiens financiers, car il n’a pas de parti», a confié Yves Nidegger, qui a partagé un repas avec l’ex chroniqueur de CNews, plus tôt dans la journée.

De son côté, Eric Bertinat a dénoncé «un niveau de violence inhabituelle» à l’occasion de la visite du polémiste d’extrême droite. Un regret également formulé par l’association Convergences, à l’origine de l’événement. «C’est déplorable pour la démocratie», nous a confié l’un de ses membres.

1 / 8
Le diner, accessible uniquement sur invitation et au prix de 200 francs, a réuni quelque 300 personnes triées sur le volet. Beaucoup de jeunes avaient fait le déplacement.

Le diner, accessible uniquement sur invitation et au prix de 200 francs, a réuni quelque 300 personnes triées sur le volet. Beaucoup de jeunes avaient fait le déplacement.

lhu
lhu
Pour entrer, il fallait montrer patte blanche. Nom, prénom, pièce d’identité et invitation étaient exigés par les agents de sécurité.

Pour entrer, il fallait montrer patte blanche. Nom, prénom, pièce d’identité et invitation étaient exigés par les agents de sécurité.

lhu

Des curieux font le déplacement

Pour les invités de la soirée, comme Mireille, le contenu de la conférence ne faisait aucun doute. «Il vient parler de son livre (paru mi-septembre, ndlr).» Cette partisane d’Eric Zemmour est aussi venue chercher des réponses. «Il a beaucoup de choses à nous dire. La France va mal! Avec Macron, on est foutus.»

La présence de l’essayiste a aussi attiré les curieux. «On est là pour observer. On n’apprécie pas forcément le personnage, mais on ne le déteste pas non plus. Il a des idées intéressantes, d’autres choquantes. On est juste là pour voir», ont expliqué deux jeunes du bout du lac. A 19h, posté devant l’entrée de l’hôtel, Alex, lui, cherchait un moyen d’assister à la conférence. «Je n’ai pas trouvé de site où m’inscrire. Je vais voir si je peux rentrer quand même», a indiqué le frontalier. Son objectif: entendre ce que «cet électron libre de la campagne» a à dire. Car si certaines de ces idées font polémique, d’autres sont intéressantes, estime l’électeur français, qui n’a finalement pas pu assister à l’événement. Si tous espéraient voir Eric Zemmour ce soir-là, ils sont rentrés bredouilles. Le polémiste français, arrivé discrètement, n’a fait aucune apparition publique hors de l’enceinte du Hilton.

Ton opinion