Valais : Entraîneur pédophile pas à son premier coup
Actualisé

Valais Entraîneur pédophile pas à son premier coup

Le policier qui vient de se faire licencier par la Municipalité de Sion faisait l'objet de poursuites pénales en 2004 pour pédopornographie.

par
apn

«J'y ai été une fois par curiosité. J'ai trouvé cela dégueulasse et je n'y suis resté qu'une dizaine de minutes.» Voilà ce qu'aurait déclaré, selon «Le Nouvelliste» de samedi, le policier F. aux enquêteurs lors d'une affaire de pédopornographie en 2004. Finalement, le quinquagénaire avait bénéficié d'un non-lieu pour preuves insuffisantes. Neuf ans après, la justice s'intéresse à lui pour des attouchements sur de jeunes footballeurs dont le nombre est estimé entre dix et trente.

Ni l'employeur ni le club n'ont été avisés

Réagissant à l'article du «Nouvelliste», «Le Matin» de lundi fait appel à la fondatrice de l'Association Marche blanche. Christine Bussat déplore le fait que les autorités valaisannes n'ont pas jugé opportun d'alerter le club où le policier entraînait des juniors. Plus cocasse dans cette affaire, le commissaire de la police municipale de Sion a signalé au «Matin» qu'il ne savait pas que son ancien collaborateur avait été poursuivi pour des penchants pédophiles. L'UDC Oskar Freysinger – conseiller national nouvellement élu au Conseil d'Etat valaisan – estime qu'il y a eu «un travail bâclé».

Ton opinion