Actualisé 12.06.2009 à 09:46

Réactions après la démission de Pascal Couchepin

Entre bilan mitigé et siège convoité

En démissionnant du Conseil fédéral, Pascal Couchepin fuit ses responsabilités, «pris au piège des incompétences entourant la hausse de la TVA et l'explosion des primes d'assurance maladie», selon l'UDC.

Le parti profite de cette décision pour réfléchir à un second siège au gouvernement.

Le ministre «a déçu les attentes de l'UDC», affirme vendredi la formation politique dans un communiqué. Et de citer le secteur des assurances sociales que le Valaisan n'aurait pas réussi à réformer en profondeur. Pascal Couchepin aurait «en revanche participé aux lamentables combines entourant la hausse de la TVA pour financer l'AI».

L'UDC rappelle qu'elle a obtenu une part de 29% aux élections fédérales de 2007, confirmant «sa position de premier parti politique de Suisse». Selon son président Toni Brunner, «l'UDC a droit à un deuxième siège» au gouvernement et «décidera, après avoir discuté avec les autres partis, quand elle fera valoir ce droit».

Christoph Blocher n'est pas tendre

Ancien adversaire de Pascal Couchepin au Conseil fédéral, Christoph Blocher n'est pas tendre avec lui. Il lui reproche de quitter son poste au moment où il se trouve en grandes difficultés avec les institutions sociales.

«Monsieur Couchepin n'a pas travaillé très en profondeur pour trouver des solutions», a critiqué l'ancien ministre UDC sur les ondes de la Radio suisse romande. Il a reproché au Valaisan de surtout vouloir augmenter les taxes, de prendre des mesures ici et là et de se retirer au moment où il est en difficulté. «Ce n'est pas bien, mais c'est comme ça», a conclu M. Blocher.

Le PDC songe à revendiquer un second siège

Le bilan de Pascal Couchepin à la tête du Département fédéral de l'intérieur est mitigé, selon le vice-président du PDC Dominique de Buman. Les démocrates chrétiens se réuniront ce vendredi pour étudier la possibilité de revendiquer un 2e siège au gouvernement.

«La direction du PDC va analyser les différentes variantes possibles», a précisé le Fribourgeois. La situation sera examinée «dans la suite logique de ce qui a été dit ces derniers mois» au sein du parti. A savoir que le 2e siège radical au Conseil fédéral «n'est pas garanti».

Selon M. de Buman, les démocrates chrétiens ont une force comparable au PLR et il est donc légitime que la question d'un second siège se pose. Reste à savoir quand cette revendication serait la plus judicieuse.

Pascal Couchepin a été un homme d'Etat donnant la priorité aux valeurs démocratiques et républicaines, a souligné le vice- président du PDC. Egalement louées: la sérénité et la vision du Valaisan dans certains dossiers «ingrats» tels que l'AVS. L'action du ministre dans le domaine de la culture et des assurances sociales est par contre qualifiée de «en demi-teinte».

Le PLR parle de décisions courageuses

Le PLR veut défendre le siège du démissionnaire Pascal Couchepin au Conseil fédéral. Le président du parti Fulvio Pelli a appelé le Parlement à respecter les règles du jeu, jugeant légitime que les libéraux-radicaux comptent deux ministres.

«L'après Pascal Couchepin, nous le voulons PLR», a souligné le Tessinois devant les médias. M. Pelli s'est dit conscient que le 2e siège de son parti sera attaqué. Pourtant, «les faits sont clairs», a-t-il fait valoir en énumérant le poids politique de la formation au sein du Parlement fédéral, ainsi que dans les cantons.

Le successeur du Valaisan devra représenter la Suisse latine, selon le PLR. Cet élément fait partie des critères qui seront transmis aux sections cantonales en vue de l'examen des candidatures. Pierre Weiss, le vice-président du parti, a aussi cité la compétence, la crédibilité et la capacité à mobiliser les médias.

Le PLR tient à remercier «chaleureusement» son conseiller fédéral démissionnaire Pascal Couchepin pour son «engagement inlassable au service du pays». Selon le parti, le Valaisan a toujours eu le courage de proposer des réformes nécessaires, même lorsqu'elles étaient impopulaires.

En tant que ministre de l'économie, de la santé, des affaires sociales, de l'éducation et de la culture, M.Couchepin a «assumé des tâches cruciales dans des domaines d'action prioritaires des Libéraux-Radicaux», poursuivent ces derniers vendredi dans un communiqué. Il a toujours «défendu l'intérêt général contre les intérêts particuliers», notent-ils également.

Le président du PLR, Fulvio Pelli, dit du Valaisan qu'il «n'a jamais cherché à plaire ou à paraître, préférant agir pour le bien commun». Pascal Couchepin «a agi en homme d'Etat et en grand patriote», a ajouté son collègue de parti.

Bilan mitigé pour le PS

Avec le retrait de Pascal Couchepin, c'est un homme d'Etat qui part, souligne le président du PS Christian Levrat dans un communiqué. Mais son bilan est mitigé.

Dans la politique sociale, il était surtout un ministre du démantèlement, selon le PS. Et dans la politique de la santé, il laisse toute une série de chantiers ouverts, en priorité le problème de la hausse drastique des primes pour 2010.

Pascal Couchepin a surtout été actif dans le domaine de la formation et de la recherche avec des réformes qui servent à la Suisse. Il a en outre dignement représenté la Suisse à l'étranger l'année dernière comme président de la Confédération, estime le PS.

Le groupe du PS va attendre les candidatures pour la succession et se prononcer sur la suite de la procédure pour le PS lors d'une prochaine séance de groupe.

Les Verts se tâtent

Pascal Couchepin était un «homme d'Etat impressionnant», a indiqué en guise d'adieu Ueli Leuenberger, le président des Verts. Le Valaisan était le seul à savoir répondre à Christoph Blocher. Les Verts n'ont pas encore décidé s'ils brigueront un siège au gouvernement.

M. Leuenberger a souligné vendredi à l'ATS que son parti était souvent opposé à la politique du ministre de l'intérieur, surtout en matière de santé. Autre critique: que les réformes en matière d'assurances sociales prônées par le conseiller fédéral ne soient pas parvenues à s'attirer une majorité de sympathisants.

Pour ce qui est de la succession du Valaisan, le parti écologiste doit encore se réunir afin de décider s'il présentera un candidat. Si tel n'est pas le cas, le but principal des Verts sera d'éviter que les forces néolibérales n'aillent en augmentant au gouvernement.

Santésuisse estime son action positive

«On perd un ministre de la santé qui a bien défendu un système pas trop étatique, mais avec un marché bien régulé et une bonne sécurité sociale». Pour Felix Schneuwly, porte-parole de santésuisse, l'action de Pascal Couchepin a été positive.

Dans le domaine de l'assurance maladie, «il a fait ce qui était de sa compétence», poursuit le représentant des caisses. «Mais le Parlement a souvent freiné ses réformes».

Et M. Schneuwly de mettre les détracteurs de Pascal Couchepin devant leurs responsabilités. «Ceux qui l'ont critiqué doivent maintenant élire un ministre de la santé meilleur que lui. Ce sera difficile».

Travai.Suisse critique son bilan sur l'AVS

Malgré les grandes divergences avec Pascal Couchepin sur l'AVS ou l'AI notamment, on a toujours pu discuter avec lui dans un respect mutuel, a dit Martin Flügel, président de Travail.Suisse. Le syndicat critique en revanche son bilan sur l'AVS.

Avec la 11e révision de l'AVS toujours en cours et la première mouture rejetée en votation, Pascal Couchepin n'a rien amené de positif sur ce dossier, estime le président de l'organisation syndicale. Et s'agissant de l'AI, le durcissement apporté par la 5e révision n'a pas pu être contré par les opposants en votation.

Martin Flügel loue en revanche l'attitude de Pascal Couchepin quant au financement de l'AI, qui sera soumis au peuple le 27 septembre. «Contrairement aux milieux économiques, il tient au moins sa promesse, qui était d'adopter d'abord la 5e révision et de s'attaquer ensuite au financement».

Pour ce qui est de la succession du Valaisan au Conseil fédéral, Travail.Suisse souhaiterait une personne qui ait une sensibilité pour les problèmes sociaux, «quelqu'un qui ne soit pas idéologique», a relevé Martin Flügel.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!