Taxe des déchets au poids: «Entre le ramassage et la fouille des sacs, on compte 2h à 3h par semaine»

Publié

Taxe des déchets au poids«Entre le ramassage et la fouille des sacs, on compte 2h à 3h par semaine»

Les communes romandes qui appliquent cette taxe au poids font état de nombreux contrevenants chaque année. Mais elles n’envisagent pas de changer de système pour autant. 

par
Lauren von Beust
Le service de la voirie fouille les sacs dans le but de retrouver des informations sur le contrevenant, afin de l’amender.

Le service de la voirie fouille les sacs dans le but de retrouver des informations sur le contrevenant, afin de l’amender.

VQH/Philippe Maeder

«Conteneur plein. Sac coincé.» En voyant ce message s’afficher sur un Molok d’Oron-la-Ville (VD), un habitant de la commune, qui applique la taxe au poids, a eu le malheur de déposer ses ordures poubelle au pied du conteneur. Trahi par son adresse retrouvée dans le sac, l’homme a écopé de 250 francs d’amende. Il est outré.

De nombreux contrevenants

Pourtant, rien de surprenant. L’an dernier, la voirie a mis la main sur près de 700 sacs hors conteneur, ce qui a donné lieu à 66 ordonnances pénales. Car les sacs hors Molok sont «tous fouillés». Les déchets sont récoltés trois fois par semaine. «Entre le ramassage et la fouille, il faut compter entre deux et trois heures hebdomadaires», indique Oron, qui compte environ 6000 habitants. 

Les citoyens doivent mettre de l’argent sur une carte. La somme est débitée en fonction du poids. Photo d’illustration.

Les citoyens doivent mettre de l’argent sur une carte. La somme est débitée en fonction du poids. Photo d’illustration.

LMS/Maxime Schmid

Si Estavayer-le-Lac (FR), à la population comparable, ne tient pas de statistiques, «chaque semaine, nous retrouvons plusieurs sacs poubelle abandonnés à côté d’un Molok ou sur la voie publique», rapporte l’agent de propreté de la commune. En 2020, 114 ordonnances pénales ont été distribuées et 142 en 2021.

Des chiffres qui contrastent avec ceux de La Brévine (NE), où chaque année environ une dizaine de sacs poubelle sont jugés illégaux. Les autorités, qui gèrent un peu plus de 600 personnes, misent sur la prévention. Même si les noms des contrevenants sont recherchés, aucune ordonnance n’est délivrée.

Taxe au sac pas envisagée

Interrogée sur un éventuel changement de politique en matière de gestion des déchets, Oron est claire: «Pour le moment, il n’est pas question d’instaurer la taxe au sac, sachant que seulement 0,1% des sacs sont déposés hors des containers. Il y aurait certainement autant de contrevenants.» Estavayer n’envisage pas non plus de changement.

Pannes techniques

Interrogée sur les potentiels bugs du système, la commune vaudoise répond: «Les pannes sont, la plupart du temps, dues à une mauvaise utilisation, comme la dépose de plusieurs sacs en même temps ou trop grands, qui bloquent les conteneurs. Les sacs de 110 litres peuvent être déposés dans les grandes bennes aux déchetteries.»

Le coût de l’amende varie

L’amende que risque un citoyen qui dépose ses poubelles en dehors des installations prévues à cet effet varie en fonction des communes. En 2019, un Staviacois avait dénoncé un système de containers défaillant. Il avait cumulé plus de 1400 francs d'amende pour ses ordures.

Ton opinion

174 commentaires