France: Entre shopping et exil, les Parisiens se préparent à se reconfiner
Publié

FranceEntre shopping et exil, les Parisiens se préparent à se reconfiner

Les habitants de la capitale profitent des dernières heures avant l’entrée en vigueur d’un nouveau confinement vendredi soir pour faire des achats… ou fuir.

1 / 1
À la porte d’Auteuil (sud-ouest de Paris), sur le périphérique, d’importants bouchons se sont formés vendredi, de nombreux Parisiens ayant décidé de quitter la capitale avant le reconfinement. 

À la porte d’Auteuil (sud-ouest de Paris), sur le périphérique, d’importants bouchons se sont formés vendredi, de nombreux Parisiens ayant décidé de quitter la capitale avant le reconfinement.

AFP

Il y a ceux qui fuient pour un dernier week-end ou plus, ceux qui affrontent des heures de queue pour un dernier shopping: une certaine fébrilité s’est emparée vendredi des Parisiens quelques heures avant l’entrée en vigueur d’un nouveau confinement, le troisième en un an.

Dès le matin, les gares parisiennes étaient bondées de voyageurs pressés d’attraper leur train pour fuir la capitale et ses nouvelles restrictions.

Comme le nord de la France et d’autres régions dans l’Ouest et le sud, Paris et ses huit départements vont être reconfinés dès vendredi minuit, et pour quatre semaines, afin d’endiguer la progression implacable du Covid. La France approche de la barre des 100’000 morts depuis un an.

Plus souple qu’en mars et novembre

Les mesures annoncées jeudi par le Premier ministre Jean Castex ont beau être plus souples que les précédents confinements de mars et novembre – il sera notamment permis de sortir sans limitation de durée pendant la journée, dans un rayon de 10 km – les Parisiens fuient.

Les trains vers la Bretagne, le Sud-Ouest ou Lyon étaient tous complets vendredi matin, a indiqué une porte-parole de la SNCF, contre 60 à 70% de remplissage ces derniers vendredis.

20% de réservations en plus

Deux valises derrière elle, Laurence Devilleger, 58 ans, s’engouffre sur le quai de son train à destination de Pau (sud-ouest), un déplacement pour le week-end envisagé de longue date mais que la professeure en conservatoire a prévu de prolonger «si nos cours basculent en distanciel».

Malgré tout, nombreux sont ceux qui voyagent léger, s’en tenant à leur projet initial d’un week-end hors de l’Ile-de-France, «même si la tentation est grande» de ne pas rentrer pour Renaud, 43 ans, contrôleur financier.

La SNCF a constaté un bond de 20% des réservations pour les départs ce week-end, les destinations les plus recherchées au départ de Paris étant selon un porte-parole «les mêmes que d’habitude»: Bordeaux, Lyon, Marseille, Rennes et Nantes.

Files interminables

Ceux qui n’ont pas la possibilité de partir se rabattent sur un dernier shopping. Rue de Rivoli, dans le centre de Paris, des files interminables s’étendent devant les enseignes de vêtements, nombreuses dans le quartier.

«Je ne comprends pas grand-chose à ce nouveau confinement, ce qui nous attend. Mais bon, tout va fermer, alors je me suis dit, tiens, je vais faire les magasins une dernière fois», indique une cliente, Barbara.

Tous les commerces vont fermer, à l’exception des magasins vendant des produits de première nécessité, ainsi que les libraires et les coiffeurs.

(AFP)

Ton opinion