États-Unis: Envahir le Capitole avec son badge autour du cou n’était pas une bonne idée
Publié

États-UnisEnvahir le Capitole avec son badge autour du cou n’était pas une bonne idée

Un émeutier a été photographié à l’intérieur du Capitole avec le logo de son entreprise bien en vue. Son employeur l’a licencié.

La sanction n’a pas tardé à tomber. Lors de l’intrusion au Capitole mercredi, un manifestant a été photographié avec son badge d’entreprise autour du cou. Ces images ayant fait le tour du monde, le jeune homme en question avait peu de chances d’échapper à la colère de son employeur.

Sur Facebook, la société Navistar Direct Marketing (Maryland) a en effet annoncé avoir prié l’intéressé de prendre la porte, rapporte CNN. «Après examen des preuves photographiques, l’employé en question a été licencié pour motif valable», peut-on lire dans ce communiqué.

«Bien que nous soutenions le droit de tous les employés à l’exercice pacifique et légal de la liberté d’expression, tout employé démontrant un comportement dangereux qui met en danger la santé et la sécurité d’autrui n’aura plus d’opportunité d’emploi chez Navistar Direct Marketing», a ajouté l’entreprise. Casquette pro-Trump sur la tête, drapeau américain à la main, l’ex-employé a notamment été photographié en compagnie de Jake Angeli, alias QShaman, ce complotiste au look improbable.

Autres émeutiers, même sanction

Paul Davis, avocat au sein de la société d’assurance Goosehead Insurance (Texas), a lui aussi perdu son travail. L’homme avait retransmis en direct son action à l’extérieur du Capitole.

Paul Davis ne travaille plus pour la société d’assurance qui l’employait.

Paul Davis ne travaille plus pour la société d’assurance qui l’employait.

Son employeur a, là aussi, réagi sans tarder en annonçant son départ de l’entreprise sur Facebook. On ignore toutefois si l’avocat a été licencié ou s’il a démissionné.

Rick Saccone, un ancien représentant de l’État de Pennsylvanie, a partagé sur Facebook des images de lui-même à l’extérieur du Capitole. Le Saint Vincent College, une institution catholique où il était professeur adjoint, a immédiatement ouvert une enquête. «À la suite de cette enquête, M. Saccone a présenté sa lettre de démission, que nous avons acceptée avec effet immédiat. Il ne sera plus associé au Saint Vincent College à quelque titre que ce soit» a indiqué Michael Hustava à la chaîne américaine.

Les autorités tentent actuellement d’identifier les protestataires s’étant introduits au Capitole et des appels à témoins ont été diffusés.

(joc)

Ton opinion