Actualisé

ModeEnvies de fringues légères freinées par le sale temps

Le froid qui joue les
prolongations a un fort impact
sur les boutiques. Mais les pros
du secteur restent philosophes.

par
Catherine Muller/ cgo

«Les fleurs sont actuellement plus présentes dans notre collection que dans la nature», lâche la porte-parole de Manor. Du coup, les lignes de printemps du groupe bâlois ne s'écoulent pas aussi aisément qu'à l'accoutumée. «Après de très bonnes ventes fin février (ndlr: lors de la mise en rayons de la collection), on enregistre une baisse depuis environ deux semaines et demie», explique Elle Steinbrecher. L'entier de la collection ne souffre pas des caprices du ciel de la même façon. Certains articles sont donc mis en évidence. «Actuellement, notre clientèle privilégie ce qu'elle peut porter sans attendre, comme les vestes en cuir ou les pulls à manches longues.» Mais l'optimisme reste de rigueur, d'autant que le mercure devrait titiller les 20 degrés ce week-end. Impossible, en revanche, d'être certain que les clients voudront «rattraper le temps perdu» en se livrant à une frénésie d'achats. «Une telle situation est exceptionnelle, donc on ne sait pas vraiment. Mais nous sommes confiants, glisse Elle Steinbrecher.

«Certains achètent déjà, en prévision de leurs vacances»

Même son de cloche chez Globus. La chaîne zurichoise de magasins admet «avoir ressenti fortement l'influence négative des conditions hivernales en

mars dans le secteur de l'habillement». A la boutique lausannoise Tally Weijl, rue Pichard, on assure n'avoir pas remarqué de baisse significative. «Certains achètent en prévision de leurs vacances», explique une vendeuse. Et les maillots de bain? «La météo n'a pas d'incidence. C'est de toute façon encore un peu tôt pour y penser.

Enfin, chez Naf Naf, au centre Métropole, on note une diminution des ventes. «Encore ce matin, une dame m'a dit qu'il faisait trop froid pour acheter», explique Pauline Martinet, gérante adjointe. Elle précise que les rares jours où il a fait moins froid, ces dernières semaines, des pics de vente ont été constatés.

Courir les magasins de vêtements quand le mercure peine à dépasser les 10 degrés, ça vous dit?

«Ce n’est pas le froid qui me coupe l’envie de faire du shopping, mais

le fait de devoir enlever toutes ces couches. Il y a l’écharpe, la grosse

veste, les bottes... Du coup, c’est toute une histoire pour essayer un

vêtement! Alors j’attends encore.»

Mergime, 21 ans, Gland (VD), employée de commerce

«Ça ne me dérange pas vraiment. J’aime bien faire les magasins et j’ai assez envie d’acheter des vêtements pour le printemps, même si je ne pourrai pas les mettre tout de suite. Je me suis d’ailleurs déjà offert des T-shirts.»

Ludovic, 27 ans, Lausanne, civiliste

«Le temps pourri, ce n’est absolument pas un frein! Je me suis déjà acheté plein de trucs: des petits hauts, des robes et d’autres fringues pour la belle saison. Mon prochain achat, ce sera des sandales ou des chaussures ouvertes.»

Olivia, 23 ans, Châtel-Saint-Denis (FR), employée de commerce

Vincent, 25 ans, Lausanne, pâtissier

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!