Inde: Envoyée au crématorium alors qu'elle était vivante
Actualisé

IndeEnvoyée au crématorium alors qu'elle était vivante

Déclarée morte par des médecins, une jeune femme de 24 ans aurait été incinérée alors qu'elle respirait encore. Son époux est soupçonné d'avoir tout manigancé.

par
joc
Rachna a-t-elle été supprimée par son mari?

Rachna a-t-elle été supprimée par son mari?

C'est une histoire bien étrange qui occupe actuellement la police indienne. Une jeune femme de 24 ans aurait été brûlée vive dans un crématorium alors que sa mort avait été déclarée la veille.

Lors de son admission à l'hôpital de Noida (nord), Rachna Sisodia souffrait de fièvre, de douleurs abdominales et avait du mal à respirer.

Selon son certificat de décès, la jeune femme a succombé deux jours plus tard à «un arrêt cardiorespiratoire et à un syndrome de détresse respiratoire aigu». Le lendemain, soit le 26 février, le corps de Rachna a été incinéré dans un four crématoire, à la demande de son époux, Devesh Chaudhary.

La police la tire des flammes

Selon «The Times of India», la police a fait irruption lors de la cérémonie et a tiré la jeune femme des flammes.

Des membres de la famille de Rachna accusaient son époux d'avoir voulu la tuer en la brûlant vive. L'intervention des forces de l'ordre a été vaine: le corps de l'Indienne était brûlé à 70% et lors de l'autopsie, des cendres ont été retrouvées dans ses voies respiratoires.

«Cela arrive lorsque quelqu'un est brûlé vif. Les particules s'introduisent avec la respiration. Si la personne est morte, ces particules ne peuvent atteindre les poumons et les voies aériennes», a déclaré un responsable de police au «Hindustan Times».

Le bon corps autopsié?

Interrogés par le Huffington Post Inde, deux médecins ont déclaré que Rachna avait succombé à un «choc causé par le fait d'avoir été brûlée vive». Mais l'hôpital où la mort de la jeune femme a été déclarée à l'origine n'en démord pas: «Nos médecins n'ont pas fait preuve de laxisme. Nous confirmons à nouveau que la patiente est morte à cause d'un syndrome de détresse respiratoire aigu et à de multiples dysfonctionnements des organes», a déclaré jeudi le Dr Rahul Singh.

Le mystère reste donc entier. D'autant plus que les légistes ont admis que le corps de la victime était tellement endommagé qu'ils ne pouvaient pas affirmer qu'il s'agissait bel et bien de Rachna. Des fragments d'os ont été prélevés en vue d'un test ADN.

Un mariage en douce

Selon la presse indienne, la jeune femme avait quitté en douce son domicile de Bulandshahr en décembre. Elle a probablement laissé sa famille pour aller épouser Devesh Chaudhary. Celui-ci assure avoir été «piégé» par sa belle-famille. Le jeune homme a pris la fuite et se cache, mais il continue de communiquer avec la presse pour crier son innocence. Les proches de Rachna l'accusent d'avoir violé et tué son épouse.

Cette affaire complexe semble embarrasser les autorités indiennes. Le dossier ne cesse de naviguer entre le district où la crémation a eu lieu et le village où résidait le couple. Les différentes polices n'arrivent pas à se mettre d'accord sur la juridiction dans laquelle le crime, si c'en est bien un, a eu lieu.

Ton opinion