Actualisé 11.02.2018 à 21:03

SantéEnvoyés à l'hôpital à cause de la fumée de la chicha

Devenu très tendance, le narguilé peut provoquer de graves intoxications. Les cas sont en hausse en Suisse.

de
Sophie Pieren
La pipe à eau est très prisée par les jeunes occidentaux, qui apprécient son côté convivial.

La pipe à eau est très prisée par les jeunes occidentaux, qui apprécient son côté convivial.

Inkkstudios

Encore méconnue il y a une dizaine d'années en Occident, la chicha s'est désormais imposée dans nos contrées. Les jeunes sont particulièrement friands de cette manière de consommer le tabac, conviviale et empreinte d'exotisme. Selon les chiffres du monitorage suisse des addictions, un quart des 15 à 17 ans qui fument la cigarette sont également adeptes du narguilé.

Mais cette tendance n'est pas sans conséquence. Notamment parce que lorsqu'on fume la chicha, une quantité importante de monoxyde de carbone (CO) se dégage par la combustion de charbon. Or, la pipe à eau est souvent utilisée dans des lieux clos, sous-sols ou espaces fumeurs plus ou moins bien aérées. En France et en Allemagne, plusieurs bars à chicha ont dû être évacués en raison de concentrations trop fortes en CO, avec souvent des clients gravement intoxiqués à la clé.

En Suisse, l'hôpital de Berne atteste le phénomène: 34 personnes ont été soignées en raison d'inhalations toxiques dues à la chicha entre 2016 et 2017. «Et ce nombre est sûrement sous-estimé, car les gens ne lient pas forcément leur malaise à l'utilisation du narguilé», relève le chef des urgences, Aristomenis Exadaktylos, dans la «Sonntagszeitung». La tranche d'âge la plus touchée est celle des 13 à 28 ans, précise Tox Info Suisse.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!