Genève: Eric Stauffer révoqué du conseil d'administration des SIG
Actualisé

GenèveEric Stauffer révoqué du conseil d'administration des SIG

Le Conseil d'Etat genevois a décidé de révoquer le remuant député du Mouvement Citoyens genevois (MCG). Une première pour le canton.

Eric Stauffer ne siège plus au conseil d'administration des Services industriels de Genève.

«Je constate malheureusement qu'un élu du peuple qui dérange l'ordre établi et dénonce les magouilles étatiques se retrouve viré avec effet immédiat», a déclaré lundi à l'ATS Eric Stauffer. Le député annonce qu'il fera recours contre cette révocation et promet d'aller jusqu'au Tribunal fédéral s'il le faut.

Un administrateur bavard

M. Stauffer siégeait au conseil d'administration des SIG depuis 2006. Lors de son mandat, il a fait feu de tout bois contre les bonus distribués aux cadres de l'entreprise, il a dénoncé le salaire de son président, trop élevé à ses yeux, et a fait scandale en apprenant que les SIG voulaient importer des déchets napolitains.

Les interventions dans les médias et les accusations répétées d'Eric Stauffer ont fini par exaspérer les SIG et leur ont fait craindre pour leur image. L'entreprise s'était plaint au Conseil d'Etat, qui a ouvert une procédure administrative à l'encontre du député pour violation de ses devoirs de fidélité et de réserve.

Confiance ébranlée

L'enquête a démontré qu'Eric Stauffer «avait effectivement violé gravement et à de réitérées reprises ses devoirs d'administrateur», a relevé le gouvernement genevois dans un communiqué. L'attitude du député, qui s'exprimait publiquement et régulièrement sur les SIG, «souvent de manière inexacte», a instillé un climat de méfiance.

Les manquements de l'administrateur sont également apparus «de nature à porter un grave préjudice aux relations que l'entreprise entretient avec EOS et GAZNAT», a encore souligné l'exécutif. En résumé, M. Stauffer n'a pas respecté ses devoirs de fidélité, de diligence et de confidentialité.

Eric Stauffer siégeait au conseil d'administration des SIG en tant que représentant d'un parti politique. Le Conseil d'Etat a décidé de révoquer le député MCG en sa qualité d'organe de surveillance de l'établissement autonome. L'arrêt est susceptible d'un recours dans un délai de 30 jours.

(ats)

Ton opinion