Onex (GE): Eric Stauffer veut une rallonge de salaire
Actualisé

Onex (GE)Eric Stauffer veut une rallonge de salaire

L'édile MCG est attaqué par la majorité du conseil municipal pour sa volonté d'augmenter les revenus de l'exécutif de 25% en pleine crise. Il explique vouloir lever un «tabou».

par
Raphaël Leroy
Le président d'honneur du MCG est élu de la commune depuis avril 2011.

Le président d'honneur du MCG est élu de la commune depuis avril 2011.

Décidément, la question des rémunérations des exécutifs municipaux fait couler beaucoup d'encre à Genève. Après la hausse en Ville de Genève, voilà que la problématique a alimenté les discussions parlementaires mardi soir à Onex, 6ème commune du canton avec 17 500 habitants.

Unifier le revenu

Le magistrat en charge des finances, Eric Stauffer, a proposé d'abord de régulariser le revenu de l'exécutif. Actuellement, les trois édiles gagnent plus de 6 300 fr. net par mois sans treizième salaire. S'y ajoutent un peu moins de 1000 fr. d'indemnités non soumises aux charges sociales.

L'idée est donc d'unifier cela en un seul versement. «J'en ai profité pour casser le tabou qui entoure les revenus de l'exécutif», explique l'élu MCG. Et c'est là que le bât blesse.

Hausse de 25%

«Sous le prétexte fallacieux d'une volonté de transparence, Eric Stauffer demande une augmentation de son propre salaire de 25%, fulmine le conseiller municipal PLR Yvan Zweifel. C'est contradictoire avec tous les combats qu'il a prétendument menés jusqu'ici.»

En 2010, l'élu MCG, alors parlementaire, avait en effet fustigé une telle hausse de salaire. «Je confirme, mais à l'époque je n'étais pas bien informé, argue-t-il. Dans les faits, 80% du temps des magistrats est dévoué à la commune. J'estime que passer à 7 500  fr. par mois, fois 13, n'est pas indécent sachant qu'il est difficile de concilier ce mandat avec une autre activité professionnelle.»

Sa collègue socialiste, Carole-Anne Kast, abonde mais avec un bémol. «Nous l'avions prévenu que ce n'était pas le bon moment pour proposer cela. Il y est allé quand même.» Les débats reprendront en février.

Ton opinion