Canton de Fribourg: Erreur de programmation coupable du retard de l’élection
Publié

Canton de FribourgErreur de programmation coupable du retard de l’élection

En novembre 2019, les résultats fribourgeois de l’élection au Conseil des Etats et de trois élections communales avaient été annoncés tardivement en raison d’une erreur de logiciel.

Le 10 novembre 2019, la candidate PLR Johanna Gapany avait battu de 138 voix le sénateur sortant PDC Beat Vonlanthen.

Le 10 novembre 2019, la candidate PLR Johanna Gapany avait battu de 138 voix le sénateur sortant PDC Beat Vonlanthen.

KEYSTONE

Une erreur dans le code du logiciel de gestion des scrutins utilisé par le canton de Fribourg a conduit au cafouillage de novembre 2019. Elle est survenue en raison de la combinaison exceptionnelle de l’élection au Conseil des Etats et de trois élections communales sans liste, indique un rapport indépendant rendu public mercredi.

Selon AKW, l’entreprise chargée du rapport indépendant, l’erreur de programmation a provoqué un blocage de la base de données dans le système SyGEV utilisé dans le canton de Fribourg. L’erreur dans le code était présente depuis un certain temps mais n’avait pas porté d’effet jusque-là.

Le 10 novembre 2019, la candidate PLR Johanna Gapany a battu de 138 voix le sénateur sortant PDC Beat Vonlanthen. En raison de problèmes informatiques, les résultats n’ont pu être annoncés qu’à 21h15. Le PDC a ensuite demandé sans succès un recomptage.

Combinaisons spécifiques

L’application de gestion est utilisée depuis 2015 et a été employée pour une quarantaine de scrutins sans incident notable, souligne le rapport. Mais cette combinaison d’une élection nationale et de trois élections communales sans liste n’avait jamais eu lieu auparavant. L’erreur de programmation n’avait donc pas pu être détectée.

Les tests en place avant l’incident n’ont pas permis de dévoiler le bug, car ils testaient chaque élection de manière séparée, or le bug n’apparait que lors de combinaisons spécifiques. L’erreur dans le code a depuis été corrigée et des améliorations ont été mises en place, notamment dans la communication et la gestion de crise.

Maintien du logiciel

Le contrat actuel avec le fournisseur court jusqu’en 2024. L’audit ne voit pas d’obstacles à la poursuite de l’utilisation du logiciel, un avis partagé par le Conseil d’Etat fribourgeois.

Ce dernier indique, dans une réponse aux questions de deux parlementaires cantonaux et transmise mercredi aux médias, que l’application SyGEV sera utilisée pour les élections municipales en mars 2021. Il exclut la possibilité de passer à un autre logiciel.

«Il n’existe aucun système clés en main. SyGEV, le système informatique utilisé à Fribourg depuis 2015, répond aux besoins des communes, des préfectures et de la Chancellerie. En changer ne résoudrait aucun problème, bien au contraire», écrit entre autres le Conseil d’Etat.

Concernant les élections communales du 7 mars, le gouvernement fribourgeois précise qu’un test général impliquant l’ensemble des communes se déroulera en janvier. Il se dit convaincu que les mesures prises depuis l’incident permettent de limiter au maximum les risques de panne, même si le risque zéro n’existe pas.

Forte pression sur l’application

Les auteurs de l’audit écrivent que la particularité de la solution SyGEV est qu’elle n’est utilisée que quelques fois par an, mais de manière très intensive. Il n’y a «aucun problème fondamental» dans l’architecture de l’application, assurent-ils.

Parmi les recommandations principales, les auteurs notent qu’au moment du rapport, une analyse systématique dans le code du logiciel n’avait pas encore été effectuée, ce qu’ils suggèrent de mettre en place afin de trouver d’éventuelles failles similaires.

L’audit recommande également d’instaurer des critères d’activation du plan de crise, ceci pour réduire les hésitations lors d’incidents. Il note toutefois des améliorations dans ce domaine depuis le bug du 10 novembre 2019.

Problème différent à Neuchâtel

Le problème informatique survenu lors des élections municipales à Neuchâtel cet automne n’est pas lié au pépin du SyGEV à Fribourg, poursuit le rapport. Le canton de Neuchâtel s’appuie sur ce même logiciel pour ses scrutins.

A Neuchâtel, c’est un nouveau module de reconnaissance des bulletins de vote qui avait posé des problèmes. Cette fonction n’est pas utilisée à Fribourg.

(ATS/NXP)

Ton opinion