Genève: Erwin Sperisen reste en prison

Actualisé

GenèveErwin Sperisen reste en prison

La détention de l'ancien chef de la police guatémaltèque est prolongée jusqu'au 26 mai.

Erwin Sperisen à l'époque où il dirigeait la police du Guatemala.

Erwin Sperisen à l'époque où il dirigeait la police du Guatemala.

Le Tribunal des mesures de contrainte (TMC) de Genève a prolongé la détention d'Erwin Sperisen de trois mois. L'homme, arrêté en août dernier à Genève, est soupçonné d'avoir participé à des assassinats au Guatemala alors qu'il dirigeait la police de ce pays.

La détention d'Erwin Sperisen a été prolongée jusqu'à la fin du mois de mai, a indiqué la porte-parole de la justice genevoise, Sophie Bernard, confirmant une information parue sur le site internet de la «Tribune de Genève». Les raisons qui ont motivé cette prolongation de détention n'ont pas été communiquées.

Lorsqu'il avait rejeté la demande de mise en liberté d'Erwin Sperisen et prolongé sa détention en décembre dernier, le Tribunal des mesures de contrainte de Genève avait évoqué les risques de fuite du double-national suisse et guatémaltèque, ainsi que l'existence de risques de collusion vis-à-vis des témoins.

Les avocats d'Erwin Sperisen ignorent, de leur côté, les raisons qui ont poussé les juges à prolonger la détention. Aucune audience n'a eu lieu. «Nous n'en avons pas demandé, car la cause est pendante devant le Tribunal fédéral», a fait savoir à l'ats l'avocat Florian Baier.

Recours au Tribunal fédéral

Les défenseurs d'Erwin Sperisen ont demandé à Mon Repos la remise en liberté de leur client. «Nous avons recouru le 11 février au Tribunal fédéral contre la détention d'Erwin Sperisen», a précisé M.Baier. L'avocat considère désormais inutile de se battre au niveau du TMC.

M.Baier et son confrère Giorgio Campa estiment que les charges qui pèsent sur Erwin Sperisen sont insuffisantes. Les deux avocats parlent de vagues soupçons. «Si aujourd'hui, le procès d'Erwin Sperisen s'ouvrait à Genève, il n'y aurait pas de quoi le condamner», a affirmé M.Baier.

Erwin Sperisen, qui est domicilié à Genève, a dirigé la police guatémaltèque de 2004 à 2007. Il est soupçonné d'avoir été impliqué pendant cette période dans diverses exécutions extrajudiciaires. Ses agissements avaient été dénoncés à la justice genevoise par des associations.

Erwin Sperisen fait aussi l'objet d'un mandat d'arrêt émis par un tribunal guatémaltèque. Il est accusé d'avoir, avec d'autres ex-fonctionnaires, appartenu à un groupe criminel autonome au sein du ministère de l'Intérieur qui a pris part à des massacres de détenus. Du fait de sa nationalité suisse, il n'est pas extradable. (ats)

Ton opinion