Électronique: Escalade dans la guerre des brevets entre Google et Sonos
Publié

ÉlectroniqueEscalade dans la guerre des brevets entre Google et Sonos

Les deux firmes californiennes s’attaquent mutuellement devant les tribunaux avec, au cœur de la bataille, leurs enceintes connectées concurrentes.

google sonos
google sonos

Les enceintes concurrentes commercialisées par les deux fabricants californiens.

dr

C’est la réponse du berger à la bergère. Google contre-attaque Sonos en justice pour contrefaçon de brevet après avoir été la cible d’une plainte similaire en début d’année. Le géant d’internet cite cinq brevets relatifs au maillage en réseau, à l’annulation d’écho, aux DRM (gestion des droits numériques), aux notifications de contenu et à la recherche personnalisée. Il dit vouloir «faire valoir ses droits de propriété intellectuelle».

Bien que Google poursuive rarement d’autres sociétés pour violation de brevet, la société doit faire valoir ici ses droits de propriété intellectuelle

Google

Dans sa plainte déposée en janvier, Sonos avait dénoncé la violation de … cinq brevets couvrant notamment la configuration, le contrôle et la synchronisation de systèmes multiroom d’enceintes connectées. Selon le fabricant de matériel audio basé à Santa Barbara, Google a profité de leur collaboration pour intégrer la technologie à ses propres enceintes reliées à l’application Google Play Music. Sonos a aussi fustigé les conditions strictes imposées par Google pour rendre ses appareils compatibles aux commandes vocales de l’assistant Google, dont le partage de la feuille de route complète des produits Sonos prévus dans les six mois. À cette époque, Google était en train de développer ses haut-parleurs connectés concurrents.

De son côté, le moteur de recherche estime avoir fourni «une aide importante à la conception, à la mise en œuvre et aux tests» permettant aux produits de Sonos d’être compatibles avec les services musicaux de Google et de répondre aux commandes vocales de Google Assistant. Les deux parties ont collaboré étroitement entre 2013 et 2018.

Emprise sur le marché

Plus tôt cette année, Sonos avait accusé Google de l’avoir empêché d’activer ses services simultanément sur l’assistant Google et sur Alexa, le concurrent Amazon. «Nous l’avions prêt, nous l’avons montré à Google et à Amazon. Amazon a dit oui. Google a dit: si vous le faites, Google Assistant ne sera pas du tout disponible», avait fustigé Patrick Spence, patron de Sonos. Ce dernier a aussi accusé Google d’utiliser intentionnellement de la technologie brevetée. Dans cette pratique appelée «contrefaçon efficace», les coûts potentiels liés à des poursuites en matière de brevets sont jugés largement inférieurs aux bénéfices d’obtenir une position dominante sur le marché.

«Nous sommes déçus que Sonos ait fait de fausses déclarations sur notre collaboration et notre technologie», a défendu Jose Castaneda, porte-parole de Google, au site The Verge. Cela a permis à Patrick Spence d’en remettre une couche sur le média spécialisé. «Au lieu de simplement aborder le bien-fondé de notre cas et de payer ce qui nous est dû, Google a choisi d’utiliser sa taille et son emprise pour essayer de trouver des domaines dans lesquels il peut faire des représailles. Nous sommes impatients de gagner notre cas et également ce nouveau cas de représailles.»

Ton opinion