03.08.2020 à 18:53

Monnaie virtuelleEscroqueries au bitcoin: procès en vue pour Alexander Vinnik

Le procès en correctionnelle requis par le parquet de Paris contre Alexander Vinnik été confirmé. Soupçonné notamment d’avoir exigé des rançons sur internet, le Russe sera jugé pour «extorsion» et «blanchiment aggravé».

Alexander Vinnik a été arrêté en Grèce en juillet 2017 sur base d’un mandat d’arrêt américain.

Alexander Vinnik a été arrêté en Grèce en juillet 2017 sur base d’un mandat d’arrêt américain.

AFP

Le Russe Alexander Vinnik, soupçonné de vastes escroqueries en ligne et au cœur d’un bras de fer diplomatico-judiciaire entre la France, les États-Unis et la Russie, a été renvoyé en procès par un juge parisien, a-t-on appris lundi de sources judiciaire et proche du dossier.

Cet homme, arrêté en Grèce en 2017 et remis fin janvier aux autorités françaises, doit notamment être jugé pour «extorsion» et «blanchiment aggravé», a précisé la source proche du dossier, confirmant une information du journal Le Parisien.

Il est également renvoyé en procès pour «association de malfaiteurs en vue de commettre un délit passible de 10 ans d’emprisonnement» et pour s’être introduit frauduleusement dans des systèmes de traitement automatisé de données et y avoir entré ou modifié des données.

Alexander Vinnik, qui rejette les accusations portées contre lui, est notamment soupçonné par la justice française d’être derrière le rançongiciel Locky, dont ont été victimes plusieurs dizaines de particuliers, collectivités et entreprises entre 2016 et 2018.

Ce logiciel malveillant, qui crypte les données et ne les débloque que contre le paiement d’une rançon, aurait occasionné un préjudice estimé en 2018 à environ 135 millions d'euros (126 millions de francs).

«Au bout de trois mois, le juge d’instruction, après avoir reçu de nouvelles pièces, clôt l’affaire avant même que nous puissions déposer nos observations. Nous n’avons pas pu exercer les droits de la défense», a déploré auprès de l’AFP l’avocate en France d’Alexander Vinnik, Me Ariane Zimra.

Arrêté sur mandat américain mais mandat européen prioritaire

Alexander Vinnik a été arrêté dans une station touristique du Nord de la Grèce en juillet 2017, sur la base d’un mandat d’arrêt américain.

En janvier de la même année, un procureur fédéral américain avait prononcé 21 chefs d’inculpation à son encontre, alors qu’il est soupçonné par les États-Unis d’être le cerveau de BTC-e, une des principales plateformes d’échange de bitcoin dans le monde jusqu’à sa fermeture.

BTC-e est notamment accusé par le procureur américain de faciliter «les crimes» et d’être «l’un des principaux moyens par lesquels les cybercriminels à travers le monde blanchissaient les produits de leur activité illicite».

Alexander Vinnik demandait à être extradé vers la Russie, où il est poursuivi pour une escroquerie de 9500 euros (environ 8800 francs), sans commune mesure avec l’affaire BTC-e. Mais le mandat européen ayant priorité pour la Grèce, il avait fini par être remis aux autorités françaises.

(AFP/NXP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!