Actualisé 23.06.2020 à 14:03

Genève

Espace entreprise du DIP: nécessaire mais peut mieux faire

Le dispositif de l’Instruction publique, qui propose des stages aux élèves suivant une formation commerciale à plein temps, manque de reconnaissance, selon la Cour des comptes.

Les  diplômés de la filière à plein temps mettent plus de temps que ceux en apprentissage dual à trouver un premier emploi. (photo d'illustration).

Les diplômés de la filière à plein temps mettent plus de temps que ceux en apprentissage dual à trouver un premier emploi. (photo d'illustration).

KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER

Espace entreprise doit améliorer l'employabilité des futurs diplômés, estime la Cour des comptes du canton de Genève. Ce dispositif mis en place par le Département de l'instruction publique (DIP) offre des stages aux élèves qui suivent une formation commerciale à plein temps à l'école plutôt que duale en entreprise.

La Cour des comptes a procédé à une mission d'évaluation de l'Espace entreprise à la demande du DIP. Ce dernier a créé le dispositif en 2011, en lien avec une modification législative qui a eu pour effet de remplacer le diplôme de l'Ecole de commerce par un certificat fédéral de capacité (CFC), plus axé sur l'acquisition d'une pratique professionnelle.

Espace entreprise est nécessaire, compte tenu du fait que le tissu économique genevois n'offre pas assez de places d'apprentissage commercial en entreprise, a indiqué mardi devant les médias Isabelle Terrier, magistrate à la Cour des comptes. Chaque année, environ 1000 apprentis suivent la voie duale, tandis que 2500 élèves suivent la formation à plein temps, tous degrés confondus.

Formation par défaut

Le dispositif manque toutefois de reconnaissance. Cette formation est souvent choisie par défaut par des élèves qui n'ont pas trouvé de place d'apprentissage, qui pensent qu'elle est moins exigeante que le collège pour accéder aux études supérieures ou qui veulent prolonger le confort de l'école. D'autres la considèrent comme plus prestigieuse que la formation duale ou l'Ecole de culture générale.

Du côté des employeurs, la formation à plein temps est jugée trop généraliste et la durée des stages, trop courte. En première année, les élèves suivent une semaine de stage, 18 semaines en deuxième et quatre semaines en troisième. Or la majorité des stages (89,5%) a lieu à Espace entreprise, le DIP craignant de concurrencer la formation duale par des stages externes, a relevé Mme Terrier.

Insertion professionnelle

Résultat: les jeunes diplômés de la filière à plein temps mettent plus de temps que ceux en apprentissage dual à trouver un premier emploi. Ils sont plus nombreux à bénéficier d'un contrat à durée déterminée et se retrouvent plus fréquemment dans un poste non qualifié, a constaté la Cour.

La Cour des comptes a émis treize recommandations, dont la principale consiste à redéfinir le modèle de formation: deux années à plein temps à l'école et une année de stage. Afin de favoriser l'insertion professionnelle future des diplômés, le DIP doit aussi soutenir la recherche de stages et de mandats externes.

(ATS)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!