Berne - Espoirs pour la tenue de grands rassemblements
Publié

BerneEspoirs pour la tenue de grands rassemblements

Si Alain Berset parvient à ses fins, des événements réunissant 5000 visiteurs comme des salons ou des festivals pourraient avoir lieu en juillet.

par
jbm
De tels événements pourraient à nouveau se tenir dès juillet.

De tels événements pourraient à nouveau se tenir dès juillet.

dr

Depuis fin février, les conjectures sur la tenue de grands rassemblements culturels vont bon train. Ce mercredi, le Conseil fédéral devrait proposer aux cantons les conditions dans lesquelles les grandes manifestations seront à nouveau possibles ces prochains mois. Les cantons ont jusqu’au 5 mai pour se prononcer rappelle le «Bund». La mesure est prévue en trois étapes avec trois conditions comme l’admission uniquement des personnes vaccinées, guéries ou ayant subi un test négatif.

Plan en trois phases

Dès la mi-mai, soit dans un peu plus de trois semaines, les cantons devraient pouvoir délivrer des autorisations individuelles pour les manifestations accueillant jusqu’à 1000 personnes. Ces événements pilotes sont destinés à déterminer si les concepts de protection fonctionnent. Dans une deuxième phase, à partir du 1er juillet, des événements réunissant jusqu’à 5000 personnes pourraient être possibles. Toutefois, diverses conditions continueront à s’appliquer, dont les cantons devront tenir compte lors de l’approbation des événements. Pour la troisième phase, qui devrait débuter le 1er septembre, les cantons pourraient même approuver des événements accueillant jusqu’à 10’000 visiteurs. Mais là aussi, c’est la situation épidémiologique qui donnera le tempo. En cas d’évolution défavorable, les cantons pourraient être contraints de retirer les autorisations.

Mesure accueillie avec circonspection

Ces mesures sont sensibles car, comme c’est le canton qui délivre les autorisations, en cas d’annulation, ce serait à lui de prendre en charge les frais occasionnés par l’interdiction de la tenue des événements. Christoph Kamber, président de l’Association de la branche événementielle, craint, entre autres, que les demandes pour la tenue d’événements dans les cantons ne soient pas traitées assez rapidement. «C’est certainement un pas dans la bonne direction. Mais il était aussi grand temps que le Conseil fédéral nous donne enfin une perspective» résume-t-il.

Ton opinion