Nati: «Essayer de créer la sensation en France»
Actualisé

Nati«Essayer de créer la sensation en France»

Peu avant que Vladimir Petkovic donne sa première sélection, Xherdan Shaqiri s'est confié à nos confrères de «20 Minuten».

par
Eva Tedesco/rca
Xherdan Shaqiri et Franck Ribéry sont de grands potes à Munich. L'un veut disputer l'Euro 2016, l'autre a pris sa retraite internationale.

Xherdan Shaqiri et Franck Ribéry sont de grands potes à Munich. L'un veut disputer l'Euro 2016, l'autre a pris sa retraite internationale.

La nouvelle ère post-Hitzfeld a commencé par le retrait de Diego Benaglio. Comment l'avez-vous vécu?

Je suis déçu de cette décision, parce que Diego est non seulement un grand gardien, mais c'est aussi un homme génial. Avec lui, on peut parler d'absolument tout. Grâce à Diego, la communication entre les coaches et l'équipe a été idéale. J'ai été un peu choqué de ce choix quand j'ai appris la nouvelle. Je n'avais pas pensé que ça pouvait être possible. Mais je comprends parfaitement sa décision. Il veut passer plus de temps avec sa famille et c'est vrai qu'il n'est plus tout jeune (rires).

Êtes-vous prêt à prendre une part de ses responsabilités dans le vestiaire, maintenant qu'il n'est plus là?

Je fais partie de cette équipe et il est clair que je devrai - tout comme certains autres joueurs - assumer la succession. Je suis encore jeune (ndlr: 22 ans), mais j'ai l'habitude, depuis le temps, de faire le lien entre les générations. Mais ce genre de choses n'est pas un problème en équipe de Suisse, puisque nous nous entendons tous très bien.

Faites-vous confiance au No 2 pour devenir No 1? A quoi peut-on s'attendre avec Yann Sommer?

Je connais Yann depuis bien longtemps et ça fait déjà un bail qu'il a intégré la Nati. En plus, maintenant que Roman Bürki est lui aussi en Bundesliga, il va y avoir une vraie concurrence entre eux. On n'a pas à se plaindre, nous avons de nombreux bons joueurs à ce poste et ce sera à l'entraîneur de décider. Mais je crois que ce sera Yann qui gardera notre but dans un avenir proche.

Vladimir Petkovic est venu vous voir lors de la partie entre le Bayern Munich et Wolfsburg. Avez-vous évoqué ce qu'il attend de vous?

Il était encore trop tôt pour parler de ça. Mais nous avons été régulièrement en contact. Mais jusqu'au début du rassemblement, je ne me concentre que sur le Bayern. Nous aurons assez de temps en Suisse pour évoquer tout ça et apprendre à se connaître.

Quels sont vos sentiments avant de débuter cette nouvelle campagne?

Très bons. Ottmar Hitzfeld a laissé une bonne équipe derrière lui et nous allons tenter de nous qualifier au plus vite pour l'Euro 2016. C'est notre objectif premier et je pense que nous avons de grandes chances de le remplir. Après, nous pourrons essayer de créer la sensation en France, mais tout cela est encore loin. Il faut d'abord apprendre à travailler avec le nouveau coach et sa philosophie.

Ton opinion