Actualisé 06.06.2011 à 06:16

Roland-Garros

Et pourtant, Federer aurait pu

Le Suisse s'est incliné en quatre sets (7-5 7-6 5-7 6-1) face à Nadal en finale à Paris. Cette fois, l'Espagnol avait laissé quelques brèches.

de
Grégory Beaud, Paris

Caramba! Encore raté. Quatrième défaite en finale parisienne face à «Rafa» en autant d'essais. En 2006, 2007 et 2008, le Rhénan s'était pris un mur en pleine face. Le sommet de l'impuissance avait été atteint lors de leur dernière confrontation. Rafael Nadal n'avait fait qu'une bouchée de Roger Federer, alors No 1 mondial en péril: il s'était imposé 6-3 6-1 6-0. Une gifle mémorable pour le Bâlois.

Dimanche, après 30' de jeu, le Suisse avait déjà fait aussi bien qu'en 2008 en remportant cinq jeux. Mieux, il menait le train dans cette manche initiale: 5-2. Inespéré. A 5-3, il s'est même procuré une balle de set sur le service de Rafael Nadal. Une amortie sortie de quelques centimètres a décidé de cette première manche.

En fin de deuxième round, Roger Federer a eu droit à un coup de pouce du destin. Alors qu'il devait faire face à une balle de set pour «Rafa», le Rhénan a bénéficié d'une averse qui a renvoyé les deux rivaux aux vestiaires. De retour quelques instants plus tard, Roger Federer avait retrouvé sa hargne pour immédiatement breaker. Las, il s'est effondré dans le tie-break perdu 7-3.

Mené de deux sets, l'Alémanique devait inconsciemment savoir que les carottes étaient cuites. En Grand Chelem, Rafael Nadal n'a jamais été remonté après avoir mené 2-0. A force de courage et d'abnégation, l'actuel No 3 mondial a refait la moitié son retard dans la troisième manche. Le gain de ce set n'était là que pour donner encore d'avantage de regrets à Roger Federer qui a été balayé dans la dernière. Mais ce match, le Suisse l'avait perdu bien avant. Dans les deux premières manches déjà.

Un trône très convoité

Novak Djokovic a manqué une occasion de ravir la première place mondiale à Rafael Nadal en perdant vendredi face à Roger Federer, au terme d'un match homérique. Aujourd'hui, le classement ATP couronnera à nouveau l'Espagnol, qui ne dispose plus que d'une marge infime sur son rival serbe (45 points).

Les positions pourraient changer à Wimbledon, puisque la Majorquin, vainqueur à Londres en 2010, aura bien plus de points à y défendre que Novak Djokovic, éliminé en demi-finale. De son côté, Roger Federer garde sa 3e place, mais a grappillé 860 points à Rafael Nadal en faisant largement mieux à Paris qu'en 2010 (quart de finale). Durant la prochaine semaine sur gazon et jusqu'à Wimbledon, troisième levée du Grand Chelem, la lutte pour le trône s'annonce passionnante.

Roger Federer: «Important d’arriver en finale»

A 5-2 dans le premier set, c’était un moment difficile à vivre. Ce fut l’une de mes meilleures chances de la rencontre. Rafa est un dur au mal et en plus il a eu des bribes de réussite à cet instant. Après un match contre Rafael Nadal, il y a toujours des regrets, car il y a toujours des opportunités. Ce n’est pas un gars qui sert à 220 km/h. Sur chaque point, il peut y avoir une chance. Aujourd’hui, l’important était d’arriver en finale d’un Grand Chelem, de continuer à pratiquer un bon jeu. Cela fait environ une année que je retrouve confiance en mon jeu. Physiquement également, c’est une bonne période. Je ne me suis pas senti aussi bien depuis un moment. Globalement, je suis très satisfait du tournoi que j’ai disputé, bien qu’il soit impossible de ne pas être déçu à l’issue d’une finale perdue en Grand Chelem. Désormais, Rafael Nadal en est à 10 victoires en Grand Chelem et moi à 16. Dix, c’est beaucoup, mais tout le monde s’en fout de savoir où nous nous situons actuellement. Ce qui compte, c’est combien ont été gagnés au moment où la carrière est terminée.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!