Rotterdam: Et si le concert avait été annulé pour un canular?
Actualisé

RotterdamEt si le concert avait été annulé pour un canular?

Des doutes sont apparus quant à l'authenticité de la menace sur un présumé projet d'attentat contre un concert à Rotterdam.

Les spectateurs sont fouillés à l'entrée de la salle de concert d'Allah-Las.

Les spectateurs sont fouillés à l'entrée de la salle de concert d'Allah-Las.

Keystone

La police néerlandaise interrogeait de nouveau vendredi un suspect de 22 ans sur un présumé projet d'attentat contre un concert à Rotterdam, même si des doutes sont apparus quant à l'authenticité de la menace à l'origine de cette affaire.

«Nous continuerons d'interroger le suspect et notre investigation suit son cours», a déclaré le porte-parole de la police de Rotterdam, Wessel Stolle. Identifié par les médias comme «Jimmy F.», le suspect, un Néerlandais de 22 ans, a été arrêté jeudi à 2 heures dans un village à 42 kilomètres au sud de la ville portuaire, où le concert du groupe rock californien Allah-Las prévu mercredi soir avait été annulé en raison d'une menace terroriste.

«Suspecté d'être impliqué dans la préparation d'un attentat terroriste», il «reste en détention pour les prochains jours» et ne peut avoir de contacts qu'avec son avocat, a indiqué le ministère public. «Le juge a décidé vendredi que l'homme avait été arrêté à juste titre».

Un simple canular?

Le suspect avait été interpellé après un signalement mercredi après-midi de la police espagnole, qui avait repéré un message sur l'application de messagerie cryptée Telegram, d'après deux quotidiens néerlandais de référence citant «diverses» sources.

«La décision d'annuler le concert d'Allah-Las était principalement basée sur un message sur un chat», Telegram, régulièrement accusé de servir de moyen de communication à des réseaux djihadistes, a rapporté le journal NRC. Ce message aurait été posté en ligne par le suspect lui-même, ce qui incite la presse néerlandaise à soupçonner un canular qui aurait mal tourné. Un acte que le ministre de l'Intérieur et de la Justice, Stef Blok, avait déjà qualifié mercredi d'«idiot», alimentant les doutes quant à l'authenticité de la menace.

Pourtant, le même jour, le chef de la police de Rotterdam Frank Paauw avait affirmé qu'«il y avait une information concrète qu'un attentat serait commis à cette date, à cet endroit, contre ce groupe de rock».

Une blague?

Dans le petit village de Zevenberg (sud), les voisins du suspect de 22 ans le décrivent comme un «jeune tranquille qui vit toujours chez ses parents». «C'est apparemment un étudiant ordinaire qui a un job dans une station-service et qui boit de temps en temps une bière au café du coin», a rapporté le journal populaire De Telegraaf.

Et s'il a pris part à des conversations en ligne sur la guerre en Syrie, il n'a pas émis de «points de vue radicaux», d'après la presse. Toutefois, pour la police, «à ce stade, il est trop tôt pour dire s'il s'agit en effet d'une blague», a souligné le porte-parole.

Ce qui n'empêchait pas vendredi des internautes néerlandais de s'interroger. «Je me demande sérieusement s'il y avait une véritable #menace. Je suspecte la #police d'en avoir peut-être fait trop», a écrit sur Twitter une personne identifiée comme «Echo».

D'après les experts, l'avertissement des autorités espagnoles ne semble pas lié aux attentats en Catalogne, revendiqués par le groupe Etat islamique (EI) et qui ont fait 15 morts la semaine dernière. «Vu le récent contexte des attaques en Espagne, il est compréhensible que la sonnette d'alarme ait été déclenchée», a estimé Jelle van Buuren, de l'Université de Leiden, interrogé par le journal Trouw. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion