Football – Champions League: Et si le FC Bâle prenait le CSKA à la gorge?
Publié

Football – Champions LeagueEt si le FC Bâle prenait le CSKA à la gorge?

Mercredi soir, le FCB dispute à Moscou son troisième match de poule en Champions League. Face à une équipe instable, il a une vraie carte à jouer.

par
Oliver Dufour
Moscou
Dans la capitale russe, les joueurs bâlois se préparent à un sacré combat.

Dans la capitale russe, les joueurs bâlois se préparent à un sacré combat.

Keystone/AP/Alexander Zemlianichenko

Venir jouer en Russie n'est jamais chose aisée. L'entraîneur rhénan Raphaël Wicky le sait bien, lui qui y a disputé une poignée de matches au cours de sa carrière de joueur et en est le plus souvent reparti battu. Affronter le CSKA Moscou dans son écrin flambant neuf ne sera pas non plus une sinécure pour le FC Bâle, dans le cadre de cette troisième soirée en phase de groupe de la Champions League (20h45, en direct sur «20 minutes»). La température moscovite, en cette fin de mois d'octobre, n'a au moins pas encore fait dégringoler le mercure et il devrait encore faire une dizaine de degrés au moment où les joueurs pénétreront sur la pelouse de la CSKA Arena mercredi. De quoi offrir davantage de chances aux visiteurs de repartir de la capitale avec un bon souvenir?

Pour cela, les Bâlois ne devront pas attendre sur le trottoir, à regarder passer des adversaires qui auraient l'impression d'être emmenés vers la victoire par un chauffeur. Au contraire, il s'agira de sortir le bleu de travail de la garde-robe et de prendre à la gorge une défense adverse expérimentée (34 ans de moyenne d'âge) mais sans doute réfractaire à de trop fréquents et intenses efforts répétés. Harcelés par un pressing profond des visiteurs, les Alexeï Berezoutski, Sergueï Ignachevitch ou Viktor Vasin risquent de commettre des erreurs. Avec sa superbe vitesse de pointe, le jeune attaquant Dimitri Oberlin (20 ans) pourrait justement s'inviter au buffet et se régaler des espaces qui s'offriront certainement à lui. Mais encore faudra-t-il que coach Wicky titularise le natif de Yaoundé (Cam), ou au moins lui donne sa chance avant les dernières minutes du match. Face à Lugano, samedi dernier, Oberlin avait été préservé dans la nette victoire à Lugano (0-4), après avoir été malade durant quelques jours.

Grâce à son écrasant succès sur le Benfica le 27 septembre (5-0), le FC Bâle est plus que jamais placé pour venir s'emparer de la deuxième place qualificative de son groupe de Champions League, derrière l'ogre Manchester United, et espérer atteindre ainsi les huitièmes de finale de la compétition. «C'est juste que cette double confrontation avec le CSKA (ndlr: Bâle accueillera le CSKA à domicile le 31 octobre) sera décisive, acquiesce le milieu de terrain Luca Zuffi. «Celui qui prendra le plus de points dans ces deux matches aura le plus de chances de viser le deuxième rang.» Un discours appuyé par son entraîneur: «Nos récents succès (ndlr: le FCB reste sur 4 matches, dont 3 victoires, sans encaisser de but, toutes compétitions confondues) nous donnent beaucoup de confiance. Et nous avons tous été enthousiasmés par ce match contre Benfica, avoue Wicky. Même si on sait que ça sera dur, on va essayer de prendre le maximum de points sur ces deux rencontres.»

Gare au poison Golovin

Un homme à surveiller du côté moscovite sera le virevoltant milieu de terrain Aleksandr Golovin (21 ans), champion d'Europe M17 avec la Russie en 2013 et finaliste avec les M19 de la même compétition deux ans plus tard. Le collectif bâlois cherchera à maintenir sous un abat-jour ce diamant brut, en qui la Russie place énormément d'espoir. «Il est le meilleur jeune joueur de Russie, actuellement», assure d'ailleurs Vassili Berezoutski, de 15 ans son aîné. «C'est un excellent joueur, extrêmement technique, observe quant à lui son futur adversaire Luca Zuffi. Je vais faire mon maximum pour essayer de le sortir du jeu.»

Face à un CSKA Moscou, troisième de son championnat tout comme le FCB, sans avoir encaissé le moindre but au cours de ses cinq dernières sorties, chercher le match nul ne serait pas un scandale, mais laisserait sans doute trop d'initiative à la formation russe et les Rhénans manqueraient une grosse chance de frapper fort sur la tête de leurs adversaires directs, même si cela signifierait ressentir la fatigue samedi en Super League, avec la réception du mal classé Thoune, après un retour de l'équipe très tardif jeudi soir à Bâle. «Rien n'est décisif, promet pour sa part le coach moscovite Viktor Goncharenko, il y a encore beaucoup de matches dans ce groupe.» Si Bâle voulait néanmoins tenter de se mettre sur la bonne voie le plus tôt possible, l'équipe de Raphaël Wicky éviterait l'angoisse de redouter un scénario catastrophe sur la fin. Il restera en effet le plus dur à accomplir: accueillir Manchester United et se déplacer à Lisbonne.

Ton opinion