Tennis: Et si l’on criait «Kia» à la place de «out»?

Publié

TennisEt si l’on criait «Kia» à la place de «out»?

Lors de cet Open d’Australie 2020, les juges de lignes ont été détrônés par de l’électronique high-tech. L’évolution ultime serait de remplacer les annonces «out» et «fault» par des noms de sponsors.

par
Claude-Alain Zufferey
À Melbourne, seuls quelques ramasseurs de balles restent sur les courts pendant les matches. Les juges de lignes ne sont plus présents.

À Melbourne, seuls quelques ramasseurs de balles restent sur les courts pendant les matches. Les juges de lignes ne sont plus présents.

Getty Images

En raison de la pandémie de coronavirus, les juges de lignes n’ont plus droit de cité sur les courts de l’Open d’Australie. C’est le nouveau système «Hawk-Eye Live» qui les remplace.

Ainsi, chaque annonce «out» ou «fault» entendue à Melbourne Park est un enregistrement vocal. Cette année, lorsque la balle est en dehors du terrain, c’est la voix d’un des «Huit héros australiens» qui résonne. Ces personnes ont été choisies au sein des services d’urgence du pays, pour services rendus en ces temps de Covid-19. L’idée est plutôt sympathique.

Des revenus supplémentaires

Ce système d’arbitrage électronique, remarquablement précis, devrait remplacer les juges de lignes sur la durée. Ben Figueiredo, le directeur du tennis de Hawk-Eye, a fait une déclaration plutôt étonnante au Sydney Morning Herald. Selon lui, sa société a tenu des discussions sur le remplacement des annonces par des cris de noms de sponsors tels que «Kia», «Rolex» ou «Ralph Lauren». Cela permettrait de générer des revenus supplémentaires pour les organisateurs de tournois.

«La capacité est illimitée et personnalisable à souhait lors de chaque manifestation. Cela vaut aussi la peine d’être exploré. C’est assez intéressant, bien qu’au début cela puisse faire réagir négativement quelques personnes», a commenté Ben Figueiredo.

L’annonce d’une faute par le cri du nom d’un sponsor ne va certainement jamais envahir les courts des tournois majeurs. En revanche, les tournois Challenger et les événements de plus bas niveau de l’ATP et de la WTA pourraient être intéressés.

«C’est le deuxième tournoi de grande importance qui utilise cette méthode. Elle fait désormais partie intégrante du tennis.»

Ben Figueiredo, directeur du tennis de Hawk-Eye

«Tout le monde est très positif. Au départ, c’était évidemment nouveau, mais les joueurs sont devenus de plus en plus à l’aise avec cette méthode. C’est le deuxième tournoi du Grand Chelem qui utilise cette méthode. Elle fait désormais partie intégrante du tennis, tout comme le système de challenge électronique qui a été introduit il y a 15 ans», poursuit Ben Figueiredo.

Les représentants de l’ATP et de la WTA ont quant à eux affirmé qu’il n’était pas prévu d’introduire des noms de sponsors au lieu de «out» ou «fault».

Ton opinion

12 commentaires