Riviera vaudoise: Et si louer sa place de parc était une action caritative?
Publié

Riviera vaudoiseEt si louer sa place de parc était une action caritative?

Un couple veut créer une application de «stationnement partagé solidaire». Louer sa place bénéficiera à des associations locales.

par
Pauline Rumpf
La difficulté des automobilistes à trouver une place de parc a inspiré deux entrepreneurs à proposer une solution solidaire.

La difficulté des automobilistes à trouver une place de parc a inspiré deux entrepreneurs à proposer une solution solidaire.

Keystone

Le principe existe déjà sur le marché des applications. Lorsque votre place privée est libre toute la journée quand vous êtes au travail, ou vice-versa, il est possible de la sous-louer pour une petite somme, pour une heure, un jour, une semaine ou plus. Mais sur la Riviera vaudoise, un couple a estimé que l'idée pouvait être poussée plus loin.

Solidarité et crowdfunding

«On ne veut pas se faire de l'argent, mais aider les gens à se parquer, et aussi soutenir les organisations caritatives de la région», explique François Gasser, co-fondateur de Okidokey. Cette start-up lancera un crowdfunding cet automne afin de financer son projet. Quelque 39 000 fr. sont nécessaires pour financer le développement du système.

«C'est assez cher, mais c'était le double pour faire développer en Suisse», regrette-t-il. L'app sera donc créée au Portugal. Puis, dès son lancement, une commission sera perçue sur les locations afin de financer à parts égales la maintenance du programme et des associations caritatives de la région. Caritas Vaud et la Ligue vaudoise contre le cancer sont en train de finaliser des partenariats, et d'autres sont en cours.

Lancement sur la Riviera

Certaines communes ont été approchées, mais malgré des retours positifs, seule Yvonnand a apporté un soutien financier au projet. L'app sera toutefois lancée autour de Vevey, avant de s'étendre, si possible. François Gasser espère par ailleurs que l'application solidaire serve à l'occasion de l'affluence de la Fête des Vignerons.

Ne pas oublier son devoir de locataire

L'Union suisse des professionnels de l'immobilier rappelle que cet «Airbnb du parking» comporte des obligations. Le locataire d'une place doit demander à l'avance à son bailleur et lui communiquer les conditions de l'offre. Celui-ci peut refuser, mais seulement en cas d'«inconvénient majeur» ou si les conditions sont abusives, notamment au niveau du prix. Et de calculer que, pour une place à 300fr. par mois, le tarif horaire correct ne dépasse donc pas 40ct. de l'heure...

Ton opinion