Astronomie : Et si notre galaxie s'était formée autrement

Actualisé

Astronomie Et si notre galaxie s'était formée autrement

Grâce à un nouveau télescope surpuissant, les découvertes de l'astrophysicien suisse Helmut Jerjen pourraient modifier la théorie de la matière sombre et de la formation de notre galaxie.

Le nouveau télescope australien pourrait nous faire revoir nos certitudes sur la formation de la Voie lactée.

Le nouveau télescope australien pourrait nous faire revoir nos certitudes sur la formation de la Voie lactée.

L'astrophysicien bâlois Helmut Jerjen est à la tête d'une équipe de scientifiques des plus prestigieux centres de recherches pour mener à bien son ambitieux projet: «The Stromlo Milky Way Satellite Survey». De son site de travail au Mont Stromlo, près de la capitale de l'Australie, à Canberra, le ciel parait limpide.

Pas suffisamment cependant et c'est à Siding Spring, à 600 kilomètres de là, que s'installe un tout nouveau télescope SkyMapper de 11 millions de dollars australiens (10,5 millions de francs). Il sera opérationnel dès le second semestre 2012. Ses futures découvertes devraient amener Helmut Jerjen à revoir la théorie sur la formation des galaxies naines et de la Voie lactée.

«Au bon moment»

«Peut-être allons-nous vers une nouvelle loi de l'attraction universelle, qui sait! Tout est possible. Nous sommes au bon moment. La technique et la science ont atteint un niveau suffisant pour permettre de réaliser un immense progrès dans l'explication de notre monde», sourit-il modestement. Les enjeux seront prochainement détaillés dans la publication de la Société d'astronomie australienne.

Grâce à une bourse du Fonds national suisse (FNS), Helmut Jerjen s'est installé au Mont Stromlo il y a 17 ans. Il est maintenant employé par l'Université nationale australienne (ANU). Sa spécialité: l'exploration des galaxies naines invisibles.

Les galaxies naines sont formées d'amas d'étoiles quasi impossibles à identifier visuellement en raison de leur faible densité. «Elles sont enveloppées de cette matière appelée matière sombre. Cette substance particulière échappe à toute détection. Elle est encore d'une nature inconnue», se passionne le chercheur.

Le plus puissant de l'hémisphère sud

Les plus célèbres de ces formations de la Voie lactée visibles dans l'hémisphère sud sont le Grand et le Petit Nuages de Magellan. «La théorie prédit que notre galaxie doit contenir 1000 phénomènes de ce type. Or à ce jour, avec les moyens techniques à disposition, il n'en a été observé que 24», explique Helmut Jerjen.

Son étude est la suite logique de la «Sloan Digital Sky Survey» menée dans l'hémisphère Nord par une autre équipe. Celle-ci, conduite à moindre échelle a permis de trouver 13 nouvelles galaxies naines, portant à 24 le total connu de ces phénomènes dans la Voie lactée.

Le nouveau télescope australien permettra de balayer l'espace de l'hémisphère Sud sur deux fois plus de vastitude que l'étude «Sloan»: «Dans sa catégorie, notre télescope est le plus puissant dans l'hémisphère Sud», souligne l'astrophysicien.

Théories à revoir

Plusieurs hypothèses sont envisagées par le chercheur. S'il trouve des galaxies naines dans des proportions similaires à l'étude Sloan, la théorie sur la matière sombre qui en prédisait un millier serait à revoir.

Mais, théoriquement, il pourrait aussi découvrir un millier de galaxies naines dans l'hémisphère Sud, prouvant que la théorie actuelle sur la matière sombre est correcte. Il faudrait alors expliquer la raison pour laquelle il y en aurait un grand nombre dans le sud et non pas dans le nord. Une modification de la loi de la gravitation serait probable. (ats)

Une équipe de recherche internationale

Des centres de recherche fondamentale d'Afrique du Sud, du Chili, des Etats-Unis et d'Europe participent à ce projet, auquel est aussi associé l'astrophysicien Bruno Binggeli, professeur à l'Université de Bâle.

Au total, une quinzaine de scientifiques vont traiter les milliers de données qui seront fournies par le nouveau télescope de l'Université nationale australienne. Helmut Jerjen et son équipe vont ausculter le ciel de l'hémisphère sud 24h/24 durant cinq ans, afin de découvrir de nouvelles galaxies naines dans la Voie lactée.

L'observatoire de Las Campanas au Chili participera à l'effort financier et technologique en ajoutant un spectrographe multifibre de 3,5 millions de dollars australiens (3,3 millions de francs) à son propre télescope Magellan de 6,5 m de diamètre.

Ton opinion