Actualisé 06.12.2006 à 23:07

Et si on recevait tous de l'argent sans rien faire?

La sécurité de l'emploi est morte. Un comité suggère de la remplacer par un revenu universel.

Le revenu de base inconditionnel est versé de la naissance à la mort à tout individu sans discrimination d'activité, d'âge ou de besoin. Cette idée est défendue par le comité B.I.E.N. (Basic Income Earth Network) lancé par un professeur de l'Université de Louvain, Philippe von Parijs, et qui a des antennes dans la plupart des pays européens.

«Comme la rente AVS, 2150 fr. par mois, le revenu universel doit couvrir les besoins vitaux de l'individu, confie Jean-Daniel Jimenez, membre du comité B.I.E.N., à Genève. Cela permet de choisir entre travailler et gagner davantage ou consacrer plus de temps à sa famille.»

En théorie, outre le besoin d'un salaire et donc d'un travail, le revenu universel permettrait de supprimer aide sociale, chômage, AVS, AI, bourses d'études, allocations familiales ainsi que paperasseries et contrôles administratifs. «C'est l'idée la plus raisonnable pour donner une solution à la répartition des revenus», analyse Martino Rossi, directeur de l'Action sociale du canton du Tessin. Le travail n'assure plus en effet un revenu continu à tous. Le revenu universel constituera certainement la réforme du XXIe siècle.»

Comment financer un tel régime quasi paradisiaque? Les penseurs du comité B.I.E.N suggèrent une TVA à 50%, la fiscalité et les cotisations sociales actuelles. Une part de la valeur ajoutée des entreprises contribuerait aussi à ce fond. En fait, les études sur la faisabilité du système manquent.

Giuseppe Melillo

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!